Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 12:54
http://www.filoche.net/wp-content/uploads/2013/12/148528_10151277751903566_723236300_n.jpg
http://www.filoche.net/wp-content/uploads/2013/12/TVA-Sarkozy1.jpg
Le 1er janvier 2014 va, hélas, se présenter comme un mauvais jour pour la gauche, pour notre parti, le parti socialiste et pour le gouvernement de la gauche. La TVA va augmenter de 19,6 % à 20 %. Ce, en dépit de tout ce qui a été défendu lors de la campagne présidentielle, et dans les tracts et affiche de notre parti socialiste en fin 2012. Nous proclamions alors que la hausse de la TVA serait « injuste » et une « faute économique ». Mais voilà que le gouvernement fait, hélas, maintenant, le contraire.
Le bilan social de l’année 2013 n’était déjà pas fameux :
- Un « ANI » signé le 11 janvier devenu une « loi de sécurisation de l’emploi » le 14 juin… avec 1000 plans sociaux et davantage de CDD courts, de flexibilité. Le Medef s’en est réjoui et il sabote en n’utilisant que 70 % des capacités productives. Le patronat ne veut pas entendre ni aider la gauche au pouvoir : il préfère l’argent à l’emploi, les dividendes à la compétitivité, la flexibilité à la productivité, la spéculation à l’investissement, les licenciements à l’embauche, et la rente au travail.
- Pas d’amnistie des syndicalistes (Ca ne coutait rien et il était légitime de rendre hommage à celles et ceux qui ont lutté pour que la gauche gagne)
- Une loi qui attaque de façon aggravée toutes les retraites (43 annuités, départ effectif à 66 ans, recul des petites retraites)
- Une inspection du travail menacée (dans son caractère territorial, généraliste, ses contrôles indépendants et son pouvoir de sanction direct)
- Suppression des élections prud’hommes envisagée (comme s’il y avait trop de démocratie sociale dans notre pays)
- L’année de 12 dimanches obligatoires dans le commerce envisagée (avec primes aléatoire et pas de majoration dans les moins de 11 salariés)
- Et les 350 000 travailleurs vrais faux « détachés » ? (Où est la volonté de s’en prendre aux donneurs d’ordre qui organisent de trafic ?)
- Le chômage de masse a atteint en 2013 un record historique et ne peut être réduit drastiquement sans réduction de la durée du travail sur la semaine, le mois, l’année, la vie…
Or voilà, que pendant que la TVA augmente, la hausse du Smic le 1er janvier 2014 est limitée à 1,1 %.
Comment ce blocage nous est-il présenté ?
De façon « technique » sans fondement social : on nous dit que c’est « Par la seule application des nouvelles règles de calcul » de revalorisation automatique du Smic et compte tenu « d’une inflation de 0,6 % »
Le groupe d’experts (sic) sur le Smic, chargé d’ « éclairer » (sic) le gouvernement, a « préconisé de s’en tenir à la hausse légale » (resic) Au début 2013, le gouvernement avait déjà choisi de se limiter à cette hausse légale (+0,3 %). Six mois plus tôt, au 1er juillet 2012, après l’élection de François Hollande, il n’avait déjà appliqué qu’une hausse de 2 %, « coup de pouce » inclus, limité à 0,6 %.
Les règles de revalorisation automatique du Smic, auraient été « modernisées » cette année et s’appuieraient désormais sur deux éléments : l’indice des prix, modifié pour tenir compte de certaines dépenses (loyer, énergie) et le salaire de base servant de référence élargi à celui des employés. Mais le gouvernement rajoute à cette occasion que l’évolution de la croissance était « un élément d’appréciation » pour tout coup de pouce supplémentaire.
Le Smic horaire brut passe donc de 9,43 euros à 9,53 euros.  10 centimes de plus ! Ce qui porte à 1.445,38 euros le salaire brut mensuel – au lieu de 1.430,22 – pour les salariés aux 35 heures (151 h 66). Soit 15,16 euros de plus. Le salaire net sera de 1113 euros.
« Il y a un gain de pouvoir d’achat  » assure quand même Michel Sapin. Comment faire croire aux smicards qu’ils ne sentiront pas la hausse de 0,4 % de la TVA le 1er janvier ?  Ils ont senti toutes les hausses de gaz, d’électricité, de transports, de logements, d’alimentation, toute l’année 2013. Et, dans la vie réelle, ce fut bien plus que 0,4 % ! Et en janvier 2014 un nouveau train de hausses importantes est prévu. La vérité est que tout cela est une baisse sévère du pouvoir d’achat.
Environ 3,1 millions de salariés – 13 % de l’ensemble des salariés en France – étaient rémunérés au Smic au 1er janvier 2013, soit un demi-million de plus qu’un an plus tôt, selon le ministère du Travail. Ils vont encore augmenter en nombre en 2014puisque, par ailleurs, le patronat ne négocie pas le réajustement des minimas conventionnels. Enfin cela répercutera négativement sur les « NAO » (Négociations annuelles obligatoires) qui se tiennent en février-mars.
Seul le Medef se réjouira,
Pas les électeurs de gauche, pas le salariat.
Alors que toute la crise est due aux trop bas salaires, c’est une erreur monumentale !  Les banquiers attisent les spéculations sur les crédits, les actionnaires augmentent leurs marges, les grands patrons se goinfrent mais les salaires de ceux qui produisent pourtant les richesses sont bloqués ! Le budget 2014 est d’une austérité sans précédent, il resserre la vis partout, il va aggraver la récession qui augmentera la dette… qui aggravera le chômage, ils attaqueront les indemnités chômage, après avoir baissé les pensions de retraite, la consommation reculera encore en une spirale infernale. On va dans le mur.
A la gauche socialiste, nous disons : « stop » : la gauche doit faire une politique de gauche.  Une réforme fiscale de gauche ! Une hausse massive des salaires, une redistribution des richesses pour la relance de toute l’économie de façon durable !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by MLG76 - dans Gérard Filoche
commenter cet article

commentaires