Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 18:55

Jean-Claude Branchereau

 

Texte de Jean-Claude Branchereau

 

Les résultats de la primaire sont connus. Une nouvelle séquence s’ouvre avec l’objectif d’une victoire de la gauche en 2012. Le débat de la primaire a néanmoins montré qu’il y avait besoin de préciser le programme à présenter tant à la présidentielle qu’aux législatives.

Et qu’il fallait un programme qui permette le rassemblement de toute la gauche, condition sine qua non de la victoire.

 

56 – 44 y’a pas photo !

 

François Hollande l’a emporté au 2ème tour des primaires.

Le score s’explique par la volonté de battre Sarkozy, cela s’exprimait dans les bureaux de vote dimanche 16 octobre. Ce n’est pas une adhésion au programme de Hollande.

L’avance du 1er tour aura été déterminante pour créer une dynamique sur cette base là.

 

Il restera à analyser les mouvements de reports, à comprendre la non participation d’électeurs du premier tour au second, à étudier dans quel sens les nouveaux électeurs mobilisés au second tour ont voté.

A l’évidence les reports n’ont été que partiels et si Martine Aubry fait 13 points de plus il y a en partie des électeurs du premier tour qui n’ont pas suivi les consignes de leur candidat et de nouveaux électeurs qui se sont portés sur elle.

 

Mais si la différence est en faveur d’Hollande, c’est que les propositions, notamment sur les questions sociales, n’ont pas suffit à convaincre un plus grand nombre d’électeurs de gauche de se déplacer.

 

On peut observer que les différences s’entendaient davantage dans les meetings que dans les grands médias.

Il y a eu dans la campagne des voix pour dire qu’il fallait être plus précis sur les grandes questions sociales qui pouvaient davantage mobiliser les couches populaires.

Si cela a été fait en partie sur le double coup de pouce au Smic, l’idée des années de cotisation retraites comptant 1,2 ou 1,3 annuités… Cela n’a pas été suffisamment entendu clairement. Cela n’a pas suffit à convaincre.

 

La crainte de s’écarter du projet et de son chiffrage a semble t-il joué. Et l’avantage - s’appuyer sur le projet collectivement adopté - est devenu une contrainte.

 

Tous n’ont pas été aussi sourcilleux de respecter le projet adopté. Sur le retour à la retraite à 60 ans par exemple, F. Hollande ne l’a défendu que du bout des lèvres pour vite se raccrocher à l’échéance de mise à plat de 2013, décidée par la droite ! Valls a tout bonnement déclaré que c’était impossible de revenir en arrière. Et même Montebourg, s’il a condamné avec brio le résultat de la contre-réforme pour les femmes, les travaux pénibles, les carrières longues … ne s’est pas engagé réellement sur le retour à 60 ans.

Alors il va falloir clarifier !

 

Et maintenant ?

 

Une clarification  sur les questions sociales est nécessaire pour la campagne, car c’est elles qui peuvent faire perdre la gauche. Mais c’est nécessaire aussi pour rassembler la gauche et les écologistes sur un programme partagé pour la législature.

 

Le débat entre socialistes,  en liaison avec toute la gauche, doit donc se poursuivre. Le rassemblement doit se faire sur le projet en élaborant un programme de législature  concret. C’est la meilleure manière de préciser les propositions, de parler clair.

 

Prenons un exemple sur les banques. Il y a quelques mois quand on discutait du projet, on avait tort d’avoir raison trop tôt en demandant le retour de la partie française de Dexia dans le secteur public. Aujourd’hui c’est le gouvernement qui le fait mais dans des conditions de nationalisation des pertes qui mettent en danger la capacité d’intervention du pôle public financier actuel (la CDC en particulier) et donc de la BPI demain.

 

Le débat sur la désignation des candidats aux législatives est une occasion de poursuivre la discussion, d’approfondir les bases sur lesquelles la gauche doit se présenter à cette échéance.

La rénovation, le renouvellement des candidatures, la prise en compte du non cumul des mandats sont des éléments essentiels dans ce cadre.

 

La clarté sur les questions sociales et économiques est la clé de la victoire en 2012 : Smic, retraites, 35h, licenciements, plafonnement des revenus à 20 smic, services publics, école, contrôle public des banques, dette illégitime, juste échange… C’est ce qui fera la différence avec Sarkozy et la droite. Et avec les fausses solutions du FN !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by uma76 - dans UMA76
commenter cet article

commentaires

Vincent 17/10/2011 21:34


Au niveau des reports de voix, j'ai constaté que les votants tendance FdG, ou les syndicalistes CGT (souvent les mêmes), qui avaient voté Montebourg au premier tour, ne sont pas revenus au
second.

Certes, il ont commis l'erreur de choisir le candidat notoirement le plus inconstant, qui a -avec brio- singé les propositions d'UMA durant la campagne. Mais avouons que notre position d'appareil
était quelque peu difficile à identifier pour le grand public…

Ensuite, au second tour, nous avons bénéficié de l'appel à voter Aubry d'EELV. Qu'ils en soient remerciés. Cela s'est vu particulièrement dans les centre villes, là où leur sensibilité est plus
présente.

Au passage, cela a fait dire à Ayrault aujourd'hui une belle imbécilité, comme quoi le peuple voterait Hollande, alors que les bobos voteraient Aubry. Mais si tel est le cas, qu'il s'inquiète pour
sa circo !

Au final, nous avons un candidat, pour lequel nous ferons campagne.

Mais alors qu'il était donné favori à 60-40 avant la primaire, les événements cités ci-dessus montrent qu'il se sera mis à dos les écolos et la "gauche forte". Son issue est donc de faire une
campagne au centre, sur le programme de rigueur que Sapin construit depuis déjà des mois.

Bref, pendant que vous titrez "Battre Sarkozy", moi, je me dis qu'il faudra déjà passer le premier tour…