Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 20:47

http://img.over-blog.com/225x300/1/50/45/21/colloque-UMA-travail.jpg

 

La retraite à 67 ans, la suppression des hausses de salaires indexées sur linflation, l'inscription dans les constitutions nationales des limites aux dettes publiques ...autant de mesures régressives et inimaginables il y a peu. C'était sans compter sur  A.Merkel et N.Sarkozy qui ont proposé un "pacte de compétiivité" aux partenaires de la zone euro, voie d'une  convergence vers une  régression sociale  généralisée. Ensemble tout devient possible...même le pire !

 

Analyse de Benoit Hamon

 

"Depuis Dakar, où je participe au Forum Social Mondial, je suis stupéfait du décalage. Ici, on parle biens publics mondiaux, taxe sur les mouvements financiers, lutte contre la pauvreté. Pendant ce temps-là, en Europe, on propose un pavé contre les salaires et l’emploi.

 

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont en effet annoncé vendredi leur volonté d’instaurer un pacte de compétitivité européen afin que chaque pays s’efforce de « s'aligner sur les meilleures solutions, les meilleurs projets ». En réalité, c’est une véritable constitution anti-sociale qu’ils nous préparent. On attendait des mesures pour lutter contre les délocalisations et le chômage, on obtient des décisions pour bloquer les salaires et reculer autoritairement l'âge de départ à la retraite.

 

Toutes les décisions importantes en matière de salaires, d’emploi, de retraites ou de fiscalité seraient déterminées par les gouvernements de la zone euro, à partir d'une vision de la compétitivité économique exclusivement fondée sur la baisse du coût du travail et non plus en fonction de progrès sociaux ou des aspirations des peuples concernés. Accepter ce pacte de compétitivité reviendrait donc à priver les peuples de leur libre-arbitre en matière sociale.

 

Si ce pacte était adopté, il fermerait définitivement la porte à toute politique économique de relance. Il priverait les pays membres de l’Union Européenne de la possibilité d’augmenter les salaires. Il imposerait aux citoyens un financement  de la protection sociale reposant sur les capacités individuelles et non plus la solidarité entre les générations. Il donnerait comme objectif unique la rigueur budgétaire au détriment de l'éducation, des services publics et de la lutte contre les inégalités. Ces politiques ont déjà été menées dans de nombreux pays, on connaît leurs conséquences : modération salariale, précarité, inégalités femmes – hommes, chômage.

 

Ce pacte de compétitivité revient à abdiquer notre souveraineté en matière économique et sociale. Tout juste, Berlin et Paris concèdent que les parlements nationaux pourraient fixer eux mêmes les modalités de mise en oeuvre d'objectifs qui eux, s'imposeraient à chaque Etat de la zone Euro. En clair, on laisse le choix aux citoyens européens de décider des droits qu'ils veulent perdre et l'ordre dans lequel ils vont les perdre. La facture de la crise est intégralement imputée aux peuples européens tandis que les banques retrouvent leurs niveaux de profit d'avant la crise, que les rendements du capital absorbent toujours tous les gains de productivité et créent des milliers de chômeurs en Europe. C’est le grand bond en arrière.

 

Nous ne laisserons pas ce pacte enterrer définitivement le projet d’une construction européenne tournée vers l’intérêt général et les aspirations des peuples européens."

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by uma76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article

commentaires