Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 09:10

http://3.bp.blogspot.com/-7r53WdmogNM/UXE2kHIhZVI/AAAAAAAAAtU/i7YtMFCBku0/s1600/1er_mai.jpg

 

Le premier mai est lié à la lutte du mouvement syndical pour l’instauration de la journée de huit heures, d’abord aux États-Unis le premier mai 1886 à Chicago (manifestation durement réprimée par la police). La deuxième internationale socialiste décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif cette réduction de la journée de travail à huit heures. En France, le 1er mai 1891, à Fourmies dans le Nord, la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts. La premier mai devient depuis cette époque une journée internationale de solidarité des travailleurs. En 1947, le 1er mai devient en France, dans le code du travail, un jour férié chômé et payé pour tous les salariés sans conditions.

Le premier Mai, il s’agit de fêter le Travail et les travailleurs !

Le Travail est depuis les origines une valeur à laquelle le mouvement ouvrier se réfère. La CGT, créée en 1895, se dénomme d’ailleurs Confédération générale du travail tout comme la CFDT, créée en 1964, s’appelle Confédération française démocratique du travail.

La droite extrême a voulu détourner le sens du premier mai. En 1941, Pétain a instauré officiellement le 1er Mai comme « la fête du Travail et de la Concorde sociale », d’autant que le 1er mai coïncidait aussi avec la fête de la saint Philippe, prénom de Pétain. L’objectif majeur du corporatisme institué par Pétain, c’est de vouloir gommer l’opposition Capital / Travail, et donc de remettre en cause l’indépendance des organisations syndicales de salariés.

Dans la rue les 1er et 15 mai

Ce qui pèse aujourd’hui ce n’est pas le coût du Travail mais celui du Capital, les dividendes des actionnaires qui n’ont pas cessé d’augmenter malgré la « crise » d’un monde dominé par la finance. L’erreur faite par le gouvernement aujourd’hui est de vouloir baisser le coût du travail au lieu de s’en prendre à la finance.

Le premier mai sera la première occasion de manifester notre refus de l’austérité, notre refus du plan Valls. Le 15 mai, les grèves et rassemblements de la Fonction publique en seront une autre. Les « socialistes contre l’austérité » qui sont de plus en plus nombreux à s’exprimer seront dans la rue les 1er et 15 mai !

 

 

Eric Thouzeau

Partager cet article

Repost 0

commentaires