Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 12:53


 

Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l'économie sociale et solidaire était l’invité ce matin (8/04/2013) de Jean-Michel Aphatie sur RTL : 

La loi de moralisation est indispensable mais pas suffisante. (…)

On a d’un côté des politiques d’austérité où on demande des efforts à tous et en même temps une industrie qui organise la fraude et l’évasion fiscale. Si cette question n’est pas posée au cœur du débat européen, nous serons à bien des égards passés à côté de l’opportunité que nous offre cette affaire de changer les règles du jeu. (…)

Je n’ai pas milité 25 ans pour qu’on soit exemplaire sur le plan moral et qu’on en oublie non plus qu’on soit exemplaire sur le plan social et sur le plan des grandes réformes qui sont attendues par la majorité de la population. (…)

Je suis loyal mais pas hypocrite. (…). Il faudra donner des réponses sur les questions qui concernent les Français et leur vie quotidienne.

(…) Je pense que cette partie du quinquennat, ce qui constitue le changement après le redressement doit commencer très vite.

 

Retrouvez l’intégralité de son interview ci-dessous :

http://unmondedavance.eu/rtl-interview-de-benoit-hamon-la-loi-de-moralisation-est-indispensable-mais-pas-suffisante/

 

 

Repost 0
Published by MLG76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:13

http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2012/09/10/734091/images/ressource/RTR34RED.jpg

Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation a annoncé la mise en oeuvre d'une loi sur les "class-actions" © Reuters

 

Benoît Hamon, ministre délégué chargé de la Consommation, a annoncé ce lundi 10 septembre 2012, la mise en œuvre d'une loi sur les "actions collectives" à la française. Ce sera une "arme de dissuasion" mais n'aura pas pour objectif de "déstabiliser les entreprises", a expliqué le ministre. Cette loi servira aux consommateurs à obtenir un dédommagement en cas de préjudice.

Les associations de consommateurs la réclament depuis de nombreuses années. La loi sur les actions de groupe devrait voir le jour en 2013. Benoît Hamon l'a confirmé lundi. Une concertation va être lancée avec les partenaires sociaux et le texte figurera dans une nouvelle loi sur la consommation.

Ces actions de groupes, qui existent notamment aux Etats-Unis sous le terme de class-action, doivent permettre à des consommateurs d'obtenir ensemble en justice un dédommagement en cas de préjudice, même modeste.

Deux systèmes sont à l'étude : soit les consommateurs qui s'estiment lésés adhèrent eux-mêmes à cette action de groupe, soit tous les consommateurs d'une entreprise mise en cause sont inclus de facto.

Des actions limitées aux préjudices "économiques et matériels"

Pour Benoît Hamon, ces actions de groupe doivent permettre d'obtenir "des dédommagements proportionnels aux dommages". Contrairement à la procédure américaine de class-action qui peut déboucher sur des dommages et intérêts disproportionnés. L'idée étant de renforcer le droit des consommateurs sans pénaliser l'activité économique.

Les contours de cette loi vont donc être discutés lors d'une concertation. Mais Benoît Hamon a déjà laissé entendre que ces actions collectives seraient limitées aux préjudices "économiques et matériels". Il a par ailleurs exclu qu'elles couvrent des litiges liés à la santé, comme dans le dossier du Mediator.

 

source : http://www.franceinfo.fr

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 06:51

http://www.parti-socialiste.fr/static/styles/full_largeur/public/8124/benoit-hamon-la-cooperative-pour-revitaliser-les-entreprises-et-faciliter-la-reprise-par-les.png

 

>> Ecouter le Podcast France Inter


Affirmant que le gouvernement souhaitait favoriser la reprise par les salariés des sociétés défaillantes, le ministre chargé de l'économie sociale et solidaire et de la consommation, a rappelé que la coopérative était une forme d'entreprise qui a de l'avenir:

"C'est une forme de société différente de la SA telle qu'on la connait, ici le capital est impersonnel, elle est gouvernée très différemment des sociétés classiques (...) une forme d'entreprise performante, qui gagne de l'argent mais le distribue différemment"

Et d'ajouter : 

"C'est surtout une opportunité pour beaucoup de salariés qui voient leur entreprise disparaitre faute de repreneur"

 

Benoît Hamon a regretté qu'en l'état actuel du droit, les modèles existants ne soient pas favorables, voire empêche cette éventuelle reprise par les salariés. 

Le gouvernement s'apprête donc à réfléchir à une solution qui ménagerait la prise de risque par les salariés pour inciter la reprise en société coopérative :

"Chaque année 50 000 à 200 000 emplois sont détruits faute de repreneurs d'entreprise saine"

Il a donc souligné la nécessité de recourir à un nouveau modèle de statut coopératif pour sauver ou revitaliser les entreprises qui sont "pour la plupart de PME familiales, de petites structures très performantes, au rendement est tel que n'importe quel fonds d'investissement spéculatif les rachèterait"

Ajoutant : "Une société coopérative résiste mieux à la crise que les entreprises et sociétés classiques"

Il a conclut cette question en prenant l'exemple des ex-SeaFrance qui ont repris leur entreprise en coopérative : "chez Fralib (thés Lipton) le projet de reprise est également sous la forme d'une coopérative, mais il faut peut être envisager un autre dispositif pour sortir cette société de l'ornière.

 

 

 

 

source : http://lalettredejaures.over-blog.com

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:44

http://referentiel.nouvelobs.com/file/3744270.jpg

 

Benoît Hamon, le ministre délégué chargé de l'Economie sociale et solidaire, a annoncé qu'il comptait faire inscrire dans une loi le droit préférentiel de reprise d'une entreprise par ses salariés.

Le ministre y voit un moyen de "lutter contre 200.000 suppressions d'emplois par an, liées à des fermetures d'entreprises qui s'éteignent fautes de repreneurs".

Certaines de ces entreprises sont saines mais n'intéressent pas les investisseurs financiers car elles ne sont pas assez rentables. Mais elles pourraient être reprises par les salariés. Ses services ont cité des TPE de 15 à 20 salariés, comme des imprimeries, dont le bénéfice représente 3 à 4% du chiffre d'affaires.

Pour le ministre : "Le statut coopératif pourrait être un instrument supplémentaire pour favoriser ces reprises".

Il a indiqué qu'un article pourrait figurer dans le projet de loi sur les licenciements abusifs, le projet de loi de finances ou la loi sur l'économie sociale et solidaire.

Plus généralement, Benoît Hamon a vanté les mérites d'"une autre économie", regrettant que le modèle capitaliste serve encore de référence.

Devant les dirigeants de la coopérative du Groupe Chèque Déjeuner, une coopérative fondée en 1964 et qui compte plus de 2.000 salariés, le ministre s'est réjoui d'être dans une entreprise qui "incarne un modèle économique différent", preuve qu'il est faux de penser "qu'il n'y a pas d'alternative au modèle capitaliste de l'économie".

Emetteur des titres repas Chèque déjeuner, mais aussi les Chèque Lire ou encore les cartes cadeau Cadhoc, le groupe comptait 252 salariés en 1991, contre plus de 2.000 actuellement, a rappelé son président Jacques Landriot, et est présent dans 13 pays, essentiellement en Europe, mais compte se développer à l'international.

"Tout le développement s'est fait par auto-financement", a insisté M. Landriot, sans faire appel au marché ni aux prêts bancaires", jusqu'à devenir le N°3 mondial derrière les leaders Edenred (Ticket Restaurant) et Sodexo (Chèque Restaurant).

 

 

source : http://fr.news.yahoo.com

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 22:05


 

 

Benoît Hamon était sur France ce jeudi 7 juin. Le Ministre délégué à l'économie sociale et solidaire est revenue sur la question des retraites.

 

Il a attesté que cet élargissement des possibilités de départ à la retraite à 60 ans est une «reconquête sociale».

 

«cette réforme est une réforme de justice sociale et - je vais même plus loin – de progrès social. Il y avait un engagement du président de la République, il l'a fait et cent-dix mille personnes vont pouvoir partir à la retraite à 60 ans à taux plein.»

 

Le Ministre délégué à l'économie sociale et solidaire a expliqué les chantiers qu'une majorité de gauche lancera.

 

«Construire des politiques  qui soient plus favorables aux salariés, qui permettront à la fois de redresser l’économie, de faire face aux défaillances des marchés, de répondre aux demandes de l'économie sociale et solidaire et justement d’avoir une stratégie de croissance riche en emplois et en emplois de qualité.»

 

Benoît Hamon a conclu en rappelant l'objectif de François Hollande et du gouvernement.

 

«L’objectif est d’améliorer la situation et la vie des Français. Et je vous assure que ça va se voir, et si effectivement ça doit nous amener à ce que le niveau des contributions, notamment des plus riches des entreprises et des plus riches des Français change, eh bien, ça en fera partie.»

 

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 08:02


 

Réactions de Benoît Hamon, Ministre délégué à l'économie sociale et solidaire.

 


Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 10:23


 

 

Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire était invité sur RTL le 18/05/2012.

Pour lui : "C'est un honneur d'être un ministre de la République."

 

 

Portrait de Benoît Hamon ICI

 


Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:08

http://www.benoithamon.fr/wp-content/uploads/2012/05/Bastille-6-mai-600x398.jpg

 

Par Benoît Hamon et Henri Emmanuelli

 


Dimanche, nous avons chanté la victoire attendue depuis tant d’années, chanté une victoire espérée par nombre de nos concitoyens. Après cinq années de reculs sociaux et de remise en cause desvaleurs de solidarité qui fondent la République, la France respire. L’élection de François Hollande à la Présidence de la République s’apparente à un immense bol d’air collectif.

C’est ce que nous avons entendu à La Bastille, dans la bouche de ces milliers de jeunes, de toutes les couleurs de la République, qui sont venus exprimer leur joie d’avoir réussi, par leurs suffrages, à changer le cours des choses. Le soulagement est depuis palpable, partout. Dans les yeux de celles et ceux que nous croisons dans la rue. Dans les échanges que nous avons dans le porte à porte qui a repris en vue des législatives. Dans les félicitations des salariés que nous rencontrons dans nos déplacements. Toutes celles et ceux qui ont payé au plein tarif le prix d’une crise dans laquelle ils n’ont aucune responsabilité attendent maintenant le changement.

C’est d’ailleurs bien plus que le seul soulagement d’avoir délogé Nicolas Sarkozy de l’Elysée qui s’exprime. Chacune et chacun espère que François Hollande prendra des mesures pour changer leur situation. Toutes et tous se réjouissent de voir qu’un bulletin de vote a le pouvoir de décider.

Effacer 5 ans de Sarkozysme prendra du temps 

Cette campagne, notamment celle de l’entre deux tours, laissera des traces. La plus visible est celle de l’ampleur prise par le vote Front National dans notre pays. Son explication est multiple : critique des élites, peur de la mondialisation libérale, crainte de perdre son emploi… Mais dans un certain nombre de régions, ce vote reflète aussi une montée inquiétante du repli sur soi, de la peur de l’autre : une montée de la xénophobie et du racisme. Nicolas Sarkozy porte la responsabilité de cet état des lieux de notre pays. Pendant 5 ans, il a affaiblit les protections sociales tout en montant parfois les Français les uns contre les autres, parfois les Français contre les étrangers.

La campagne présidentielle aura agi sur les consciences. En dégradant le vivre ensemble, en stigmatisant des parties de la population, en expliquant à demi-mot que la République ne pouvait accueillir tout le monde. Nicolas Sarkozy a fait monter les peurs et augmenté l’intolérance faisant par là même céder des gardes fous entre l’extrême droite et la droite républicaine.Le résultat en est un électorat de la droite traditionnelle durablement radicalisé, épousant sans complexe des thèses xénophobes.

La gauche devra réparer les dégâts laissés par le Président sortant. Nous allons devoir recoudre le lien social, re-créer une volonté commune à toutes et tous de construire ensemble un pays dans lequel chacun ait sa place.

Le changement, c’est maintenant ! 

La situation économique et financière de notre pays est difficile : nous le savons. Comment l’oublier : quelques minutes après l’annonce des résultats, les commentateurs « autorisés » nous rappelaient sur tous les plateaux de télévision que la tâche de François Hollande serait ardue et qu’il ne pourrait pas tout faire, tout de suite.

Certes, la situation des finances publiques est délicate. Néanmoins le rôle du politique consiste aussi dans la transformation de l’existant. Etre socialiste, c’est permettre que la souveraineté du peuple s’exerce, c’est faire en sorte que les citoyennes et citoyens décident de leur destin commun.

Notre candidat désormais Président le sait : il a fait campagne sur la nécessité de remettre le monde de la finance à sa place. Redonner le primat au politique, c’est la garantie que les décisions soient prises en fonction de l’intérêt général et pas des intérêts de quelques privilégiés : ceux là même qui ont déclenché la crise et tentent par tous les moyens d’en tirer aujourd’hui des bénéfices.

Un rapport de force inédit pour la gauche ! 

L’élection de dimanche crée une situation politique nouvelle. Elle instaure un rapport de force inédit pour la gauche. Le suffrage universel a décidé qu’il fallait tourner la page de l’austérité et des inégalités pour construire un autre chemin : celui de la croissance et d’une autre répartition des richesses. François Hollande incarne ce rapport de force. Notre tâche va être de s’appuyer sur cette donne nouvelle pour réorienter l’Europe et remettre en France la question sociale au cœur des politiques publiques.

Le premier rendez-vous de la gauche est à Bruxelles : fort des millions de voix qui se sont portées sur sa candidature, François Hollande a engagé le rapport de force pour renégocier le traité Merkel-Sarkozy. Nous devons faire sortir de ce texte ce qui grave l’austérité dans le marbre pour permettre une nouvelle orientation de la construction européenne. Le deuxième rendez-vous est le sommet social : il s’agira de rediscuter de la réforme des retraites imposée par la droite et de garantir des droits pour les salariés. La question des salaires occupera une place centrale dans ce sommet. C’est par l’augmentation des salaires, notamment du SMIC, que nous pourrons agir pour la croissance et pour une autre répartition des richesses créées dans notre pays.

Puis, très vite, il faudra, sur tous les dossiers, tenir les engagements de la campagne et répondre aux aspirations qui s’expriment : accès aux soins, développement durable, égalité femmes – hommes, réforme de la justice, égalité territoriale…

Le rapport de force qui s’engage lors des législatives, doit permettre au Parlement d’être offensif sur l’ensemble de ces sujets.

La tâche est immense. Mais l’espoir soulevé aussi. La force du vote de dimanche dernier doit nous permettre d’y répondre.

 


Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 10:28

 

Benoît Hamon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce matin (10/05/12). Il s'est exprimé sur la renégociation du traité européen et les prochaines législatives.

Benoit Hamon évoque les liens entre l’UMP et le FN pour les prochaines législatives : « Il y aura des arrangements. Des digues sur le fond sont tombées pendant la campagne. Les frontières ne sont pas si étanches. C‘est la responsabilité de Nicolas Sarkozy mais aussi de François Fillon et de Jean-François Copé ».

Benoit Hamon assure que François Hollande ne "changera pas de position" concernant la renégociation du traité européen.

«Il a désormais un mandat du peuple français. François Hollande a fait campagne en faveur de la renégociation du traité, en étant on ne peut plus clair».

Il existe désormais un rapport de force entre François Hollande et Angela Merkel qui soutiennent des positions divergentes. 

« Il y  a un rapport de force, mais que Madame Merkel a voulu ; elle qui a choisi de dire : je ne changerai rien de ma position. Or nous, nous voulons le renégocier ; on est quand même maintenant suffisamment juges des conséquences de l'austérité partout en Europe, pour ne pas vouloir que ce mauvais vent se répande partout, y compris en France ».

Benoit Hamon explicite la position de Madame Merkel: "le traité a été négocié aux conditions de l'économie allemande. Il ya des questions sur lesquelles l'Allemagne a obtenu gain de cause. La question  en face est: qu'avons nous, nous, obtenu? Nicolas Sarkozy répondait la gouvernance économique de la zone euro, mais si c'est aux conditions des allemands,  ou d'une banque centrale européenne qui continue à faire ce qu'elle veut, ça ne sert pas à grand chose.  (...) Ce que propose François Hollande, c'est sortir du blocage européen".

«Nous voulons une relation avec l'Allemagne équilibée, normale, apaisée. Il y a aujourd'hui des convergences assez fortes avec notamment le parti social démocrate allemand sur la question de la relance économique et la croissance.» 

 

 

source : http://www.parti-socialiste.fr

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:01

http://boucau.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/image/melenchon_-hamon.jpg

 

Le porte parole du Parti socialiste se dit favorable sur RFI à «l'unité de la gauche» pour contrer le Front national.

 

«Oui, je suis favorable à ce qu’on puisse être en situation de trouver des accords avec le Front de Gauche, là où le FN a une vraie opportunité de faire élire un député», a déclaré le leader de la gauche du Parti socialiste.

 

«Nous en discuterons avec Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche pour voir dans quelles conditions ces accords peuvent se nouer», a-t-il dit.

 

«Moi je suis pour l’unité de la gauche. La réussite de l’expérience de gauche qui va commencer peut-être le 6 mai dépend de l’unité de la gauche», selon Benoît Hamon.

 

«On ne me fera pas croire qu’on fera réussir la gauche en s’opposant à la gauche qui gouverne». Au lendemain du 6 mai, si François Hollande est élu, «se dressera un arc de résistance des marchés financiers, de dirigeants européens, d’une partie de la Commission européenne qui voudra empêcher la mise en oeuvre de réformes de gauche», a-t-il averti.

 

«On aura besoin de la mobilisation de toutes les forces de gauche, et évidemment, y compris le Front de Gauche».

 

Benoît Hamon répond ainsi à Jean-Luc Mélenchon, qui au soir du premier tour, a proposé au PS de faire "front commun" contre le FN, là où la gauche était mise en danger par des triangulaires.

 

 

 

sources : http://www.lemonde.fr - http://www.liberation.fr

Repost 0
Published by UMA76 - dans Benoît Hamon
commenter cet article