Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 19:18

http://www.regards.fr/local/cache-vignettes/L460xH350/maurel-f7a9e.jpg

 

Au lendemain du vote des militants pour désigner le leader socialiste, Emmanuel Maurel, candidat de l’aile gauche et qui a réalisé le score historique de 28% face à Harlem Désir, répond aux questions de Regards.

 

Votre résultat a-t-il été une surprise ?
Oui c’est une surprise, c’est même une bonne surprise. Une très bonne nouvelle. C’est surtout très encourageant. Notre résultat est historique et il s’inscrit dans la dynamique de la période pré congrès, avec le net succès de la motion 3 que l’on connait. Les militants socialistes aspirent très largement au renouveau et au changement des pratiques politiques. Ils veulent un parti socialiste ancré à gauche qui assume ses valeurs et ses combats et qui défende notamment une vraie grande réforme en faveur du monde du travail.

La conjoncture a-t-elle favorisé ce résultat selon vous ?
Le contexte économique n’est pas favorable aux français. C’est pour ça qu’ils aspirent au changement. Les questions du pouvoir d’achat et de lutte contre le chômage sont au coeur des préoccupations du plus grand nombre. Ce que nous disons aujourd’hui c’est qu’il y a une alternative à la rigueur. Nous pouvons échapper aux politiques d’austérités. Je crois que notre analyse et nos arguments ont convaincu beaucoup de nos amis socialistes et en effet, nous avons été très largement rejoints sur cette ligne là.

Ce n’est pourtant pas la ligne aujourd’hui ni du PS ni du gouvernement…
Je crois que la majorité des militants est d’accord avec notre analyse. Nous avons encore trois ans pour convaincre plus largement. Un exemple : la limitation du déficit public à 3% du PIB. Nous étions les seuls à nous élever contre cet objectif. Aujourd’hui nombreux sont ceux, bien au-delà de la motion 3, à dire que l’objectif n’est pas souhaitable, voire qu’il est "absurde" (ndlr. rapport au propos de Jérôme Cahuzac, ministre du budget). Il faut une réelle politique de relance, en faveur du pouvoir d’achat et de l’investissement productif. Il faut aussi une politique industrielle forte pour stopper l’hémorragie sociale et stopper les délocalisations. Je veux une France avec des usines et des ouvriers. Mais des ouvriers bien payés.

Comment aller-vous peser sur la politique du gouvernement ?
Nous sommes solidaire du gouvernement mais je plaide pour un parti autonome. Avec son propre rythme.Le PS ne peut pas dépendre de l’agenda du gouvernement. Le PS doit être un parti libre de faire des propositions nouvelles. Il doit jouer un rôle d’alerte. Je regrette l’épisode des pigeons. On a laissé un groupe de millionnaires faire pression sur le gouvernement qui a très vite cédé. Le PS n’a rien dit. La réforme fiscale que nous avons défendu pendant la campagne présidentielle, est pourtant juste et nécessaire. Le PS doit se remobiliser. Rien ne serait pire qu’un PS qui s’atrophie.

Comment remobiliser le PS ?
Je vais proposer dans les semaines à venir trois grandes campagnes de mobilisation populaire. D’abord pour interdire les licenciements boursiers, puis pour l’égalité salariale entre hommes et femmes et enfin pour le droit de vote des étrangers. Ca fait trente ans qu’on en parle. Il est temps d’agir. Le rôle d’un parti c’est aussi de faire de la sensibilisation et de la pédagogie. Par ailleurs, je souhaite que le PS continue à être présent dans les luttes et dans le combat social. Je ne perds pas de vue non plus mon plein engagement contre la droite et l’extrême droite. Enfin, il nous faut aussi préparer sereinement les prochaines échéances électorales.

 

Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:00

http://www.parti-socialiste.fr/static/styles/280px/public/federations/76_1.png

 

Voici les résultats en Seine-Maritime du vote du premier secrétaire du Parti socialiste du 18 octobre 2012 :
 
 
Inscrits: 4128
votants: 2074
exprimés: 2022
Harlem Désir : 1608 (80%)
Emmanuel Maurel : 414 (20%)

 

Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 18:53

http://img.over-blog.com/500x190/1/19/53/86/Le-Temps-de-la-Gauche/Emmanuel_Maurel_candidat_premier_secretaire.jpg

 

Merci aux 20,47% de militants qui ont porté leur choix sur Emmanuel Maurel dans notre département lors du vote du 18 octobre.

Ce choix compte et comptera pour l’avenir. Nous avons besoin d’un parti fort, en phase avec la société, attentifs aux questions sociales et environnementales.
Le gouvernement et le parlement doivent pouvoir s’appuyer sur un parti d’action et de propositions qui répondent aux urgences sociales, écologiques et qui poussent davantage encore la rénovation et le renouvellement de ses équipes.
Les votes des 11 et 18 octobre constituent une base solide pour orienter le parti tout entier dans ce sens.
Sur notre département, comme au plan national nous agirons dans ce sens.
Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:29

 

Emmanuel Maurel s'est exprimé à l'issue du scrutin sur la désignation du Premier secrétaire. Le premier signataire de la motion 3 a tout d'abord tenu à féliciter Harlem Désir et à remercier Martine Aubry.

Il s'est réjouit d'avoir conduit «une candidature qui témoigne un PS qui s'affirme, un PS qui se rénove en profondeur» et a remercié les militants qui se sont portés sur sa candidature.»

Pour conclure, Emmanuel Maurel a demandé à ce que le parti soit «libre dans ses choix» pour «la réussite du changement

Emmanuel Maurel a doublé le score obtenu par la motion 3 lors du vote du 11 octobre dernier en obtenant près de 28% des voix des miltants socialistes.

>> Voir les résultats

 


Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 06:07

http://img.over-blog.com/300x300/5/50/87/25/le-18-je-vote-Maurel.jpg

 

Pour un premier secrétaire militant

qui soit le porte-parole des socialistes aux côtés du Gouvernement et du président,

qui soit le représentant de notre parti sur le plan internationale et au sein du PSE pour défendre la création d'une Europe sociale et politique,

qui soit l'animateur d'une équipe paritaire représentant le Parti dans sa diversité, garant de son unité.

 


Pour un parti fort et mobilisé au coeur de la gauche

Pour un parti qui débatte et qui prépare les conquêtes de demain

Pour un parti fraternel, solidaire

pour un parti d'éducation populaire

Pour un parti rénové

Le 18 octobre, je vote Emmanuelle MAUREL

 

 

http://www.maintenantlagauche.com

 

Repost 0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 11:06

http://www.maintenantlagauche.com/wp-content/uploads/IMG_09301.jpg

 

Chers camarades,

Alors que la motion 1 devait rassembler 90 % des suffrages, et être la seule en mesure de désigner la direction du parti, soustrayant le choix du candidat au vote des militants, elle n’a pu obtenir que 68 % des voix, 66 % dans l’Eure. Avec un score de 13,4 % au niveau national, et de 14 % dans l’Eure, la motion 3 Maintenant la Gauche a réussi son pari et s’est mise en position de rendre aux socialistes leur liberté de choix, malgré tous les obstacles et la volonté affichée de nos grands élus, tous signataires de la motion 1, d’empêcher le débat et de limiter l’information des militants.

Mieux encore, nous avons réveillé le parti, et suscité l’intérêt de ceux qui ont pu participer aux débats que nous avons fait organiser. Sur des questions aussi importantes que la justice sociale et le travail, la réorientation européenne, la réduction à marche forcée des déficits publics, la relance de l’investissement public, la révolution fiscale, l’urgence écologique, le lien avec toutes les forces de la gauche politique, syndicale et associative, nous avons mis au cœur du congrès les débats qui traversent la gauche et la société.

Il nous revient maintenant de rassembler autour de la candidature d’Emmanuel Maurel tous ceux qui, soit se sont abstenus, soit ont fait le choix d’une motion alternative à la motion 1, et partagent nos attentes d’un parti socialiste combattant, s’appuyant sur ses militants, clairement ancré à gauche.

Dans plusieurs fédérations, les représentants locaux des motions 2 et 4 ont fait le choix de soutenir la candidature d’Emmanuel Maurel parce qu’ils refusent de rentrer dans la logique du “congrès fait à l’avance”.

Après avoir fait vivre un vrai débat sur l’orientation du Parti, la candidature d’Emmanuel Maurel nous permet de défendre un parti militant, très offensif face à la droite et libéré dans ses débats. C’est le sens des 15 propositions : péréquation financière entre sections “riche” et “pauvre”, non cumul des fonctions de secrétaire de section et de maire, de Député ou de Président de Conseil général et de 1er fédéral, formation, stratégie de rassemblement de gauche, lien avec le monde associatif et syndical, investissement politique dans le PSE…

Etre militant socialiste c’est être militant des combats de la gauche. Ce matin Emmanuel Maurel va soutenir Marc Vuillemot, maire de la Seine sur Mer qui a défendu bec et ongles sa maternité, parce que c’est un élu militant, cet après midi, il rencontrera des militants du RESF, parce que c’est un combat de la gauche, demain il soutiendra des salariés qui ont repris leur entreprise en créant une société coopérative (scoop) pendant que d’autres se débattent dans des explications insensées sur les pigeons.

Dans 2 jours nous voterons pour désigner le premier secrétaire du parti socialiste.

Jeudi 18 octobre, votons pour un premier secrétaire militant. Votons Emmanuel Maurel.

 

Sophie Buquet-Renollaud 

Mandataire fédérale motion 3dans l'eure

Maintenant la Gauche

Repost 0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 08:19

Vote emmanuel maurel 18 octobre parti socialiste

 

 

Avec près de 14% des suffrages lors du vote des motions le 11 octobre au niveau national et près de 11% en seine-maritime (plus 3 point par rapport à la motion C en 2008), "Maintenant la Gauche" doit devenir réellement un courant qui s’affirme.
 
Nous avons commencé à faire bouger les lignes du Parti socialiste et nous comptons bien continuer !
 
Nous avons mis les débats sur la table avec des questions aussi importantes que la justice sociale et le travail, la réorientation européenne, la réduction à marche forcée des déficits publics, la relance de l’investissement public, la révolution fiscale, l’urgence écologique, le lien avec toutes les forces de la gauche politique, syndicale et associative, nous avons mis au cœur du congrès les débats qui traversent la gauche et la société.
 
Nous devons réussir là où les autres tentatives de rassemblement de la gauche du Parti Socialiste ont échoué ou n'ont pas osé : un courant socialiste profondément démocratique, qui ne concentre pas la discussion entre les mains de quelques dirigeants ; un courant socialiste qui se dote d'une expression publique libre et puissante par l'intermédiaire d'une véritable presse militante (notamment sur internet) ; un courant socialiste qui propose aux militants de gauche une "université populaire", qui les forme et qui les autorise à innover.
 
Nous ne sommes pas là pour être uniquement la "gauche du PS" mais pour ancrer durablement le Parti socialiste à gauche, dans sa réflexion et dans son action ! 
 
Le jeudi 18 octobre, les militants socialistes désigneront leur premier secrétaire national. 
 
Seuls les premiers signataires des deux motions arrivées en tête peuvent se porter candidat. Emmanuel Maurel sera notre candidat ! 
 
Cette décision a été débattue collectivement et elle était souhaitée largement par les militants de la motion 3, notamment en seine-maritime.
 
Avec notre camarade Emmanuel Maurelle PS peut être le Parti du socialisme et le Parti des socialistes. Nous ne sommes pas une courroie de transmission. Nous ne sommes pas un parti de supporters. Nous sommes beaucoup plus que cela. 
Nous sommes le Parti Socialiste : fort contre la crise, fier de ses valeurs, libre dans ses choix.
Le 18 octobre nous voterons pour Emmanuel Maurel au poste de premier secrétaire du Parti socialiste.

Pour la motion 3 en seine-maritime ( unmondedavance76@yahoo.fr )

Olivier Mouret (mandataire départemental, adjoint au maire de Rouen), Valérie Auvray (conseillère régionale, adjointe au maire d'Elbeuf), Laurent Démare (Fécamp), Patrick Jeanne (Maire de Fécamp, vice-président du département de seine-maritime), Philippe Lavergne (adjoint au maire de Maromme), Edouard Bénard (Canteleu), Jean-Claude Branchereau (Sotteville-lès-rouen), Jacques Bennetot (Yvetot), Aurélien Bateux (Le Havre), Christophe Courcoux (Fécamp), Elisabeth Labaye (Rouen), Denis Lacaille (Petit Quevilly), Paul Lebouc (Le Havre), Arnaud Mouillard (Blacqueville), Christophe Pouliquen (Sotteville-lès-rouen) ...

 

http://www.maintenantlagauche.com


Repost 0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 10:41

http://img.over-blog.com/500x190/1/19/53/86/Le-Temps-de-la-Gauche/Emmanuel_Maurel_candidat_premier_secretaire.jpg

 

Un parti fort, un parti fier, un parti libre !

Un premier secrétaire militant !

Jeudi dernier, les militants socialistes ont démenti tous les pronostics. A ceux qui voulaient faire de notre congrès un «non-événement», ils ont offert un beau témoignage de vitalité. La diversité du PS s’est exprimée. C’est bon pour la gauche, c’est bon pour le pays.

Téléchargez ici la profession de foi au format PDF

Avec d’autres, je suis fier d’avoir contribué à réveiller le congrès ! Nous avons mis les débats sur la table, pas sous le tapis. En liberté, autour des 5 motions présentées, les militants ont rappelé que l’unité, ce n’est pas l’unanimisme. 

C’est maintenant l’heure du choix du premier secrétaire. En présentant ma candidature, je veux permettre à toutes les militantes et tous les militants d’être acteurs du changement.


Au pouvoir, rien ne serait pire qu’un parti «fermé pour cause de gouvernement». Le PS a un rôle décisif. Les militants doivent aider le gouvernement à tenir bon. Ils doivent être des éclaireurs enthousiastes, défrichant les nouveaux chemins pour construire une société plus juste.

Je veux être un premier secrétaire militant. Porte-parole des socialistes aux côtés du Gouvernement et du Président pour rappeler l’idéal qui nous a portés au pouvoir.

Etre un premier secrétaire militant c’est représenter notre parti sur la scène internationale et au sein du PSE pour défendre haut et fort la création d’une Europe sociale et politique.

Etre un premier secrétaire militant c’est être l’animateur d’une équipe paritaire représentant le Parti dans sa diversité, garant de son unité.

MES 15 ENGAGEMENTS
POUR UN PARTI FORT


Un parti mobilisé et au coeur de la gauche

1 Le parti doit relayer la politique gouvernementale. Il doit aussi mobiliser notre camp social pour peser dans le rapport de forces. Lançons dès aujourd’hui trois grandes campagnes : le droit de vote des étrangers, la loi contre les licenciements boursiers, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.
2 Rien de grand dans notre pays n’est possible sans l’unité de la gauche. Face à la droite et à l’extrême droite, notre Parti doit être l’acteur du rassemblement de la Gauche et des écologistes. Instaurons un comité de liaison régulier avec les autres forces progressistes pour échanger sur les sujets d’actualité, proposer des réformes pour la deuxième moitié du quinquennat, mais aussi préparer les prochaines échéances locales. Des assises de la transformation sociale seront organisées en amont des échéances de 2014 et de 2015.
3 Notre présence dans le mouvement social, sur le terrain est une nécessité pour trouver les complémentarités indispensables entre l’initiative associative, syndicale, citoyenne et l’action politique.
4 Il n’y a pas de parti fort sans synergie avec les syndicats de salariés. Je propose de redonner au secrétariat national aux entreprises une place majeure dans notre organisation.

Un parti de débat et de conquêtes

Le temps du parti n’est pas celui du gouvernement. Notre rôle n’est pas seulement de veiller à la bonne application des 60 propositions. Nous devons préparer l’avenir, inventer les grandes réformes de demain.
5 Des grandes conventions sur des sujets essentiels : l’Europe, la transition énergétique, la révolution fiscale, seront organisées, avec droit d’amendements pour les militants.
6 Nous devons faire vivre la discussion sérieuse et approfondie. Les conseils nationaux expédiés en deux heures un jour de semaine en fin d’après-midi, ce n’est plus possible. Le Conseil national est le parlement du Parti socialiste. Il doit devenir un lieu de débat et d’orientation. Je propose qu’il se réunisse régulièrement dans nos régions et que les militants puissent y assister.
7 Il n’y a pas de grand parti sans un lien fort avec le monde intellectuel. Donnons toute sa place au laboratoire des idées, et dotons l’OURS et la Fondation Jean-Jaurès des moyens nécessaires à leur rayonnement.
8 Les conquêtes sont celles des idées et des urnes. Dès la fin de l’année le PS doit accompagner les fédérations dans la définition d’une stratégie de conquête pour préparer les échéances locales de 2014 et 2015.
9 Cette conquête nous devons la construire également avec nos partenaires à l’échelle européenne. Face à l’offensive «austéritaire» qui frappe l’Europe, nous devons en urgence amplifier nos partenariats politiques avec les forces de gauche européenne.

Un parti fraternel, solidaire, un parti d’éducation populaire

10 La convivialité n’est pas un vain mot. Nous sommes heureux d’être un collectif uni par un même idéal. Il faut multiplier les occasions de retrouvailles, les moments de camaraderie.
11 Face à la crise notre parti a besoin d’être fort. Il est temps de lancer la grande campagne d’adhésion. La mobilisation des 800 000 électeurs aux Primaires citoyennes qui ont souhaité rester en contact constitue notre priorité.
12 Le parti socialiste est fort de ses militants. Mais pour militer, toutes les sections n’ont pas les mêmes moyens. Les socialistes ont fait de la justice territoriale une exigence. Il faut la faire vivre entre nous en mettant en place des règles transparentes de péréquation financière.
13 S’il veut jouer son rôle, le parti doit aussi reprendre son rôle d’éducateur, pour mener la bataille culturelle. Je sais le besoin de formation de tous les camarades. Je mettrai en place «l’Ecole du Militant », prolongement de l’université permanente décentralisée.

Un parti rénové

14 Je ne laisserai rien passer sur la parité ni sur le non cumul des mandats, sans attendre une né-cessaire loi en 2014. Le cumul des fonctions et des responsabilités c’est aussi celui des maires / secrétaires de section, des députés ou des présidents de conseils généraux / premiers fédéraux. Je propose de l’interdire.
15 Notre organisation doit permettre une consultation permanente des militants et des fédérations. L’hebdo des socialistes doit présenter le travail de tous les militants et plus seulement celui de la direction.

OUI, le rôle du PS est d’être le Parti du socialisme et le Parti des socialistes.
 Nous ne sommes pas une courroie de transmission. Nous ne sommes pas un parti de supporters. Nous sommes beaucoup plus que cela. Nous sommes le Parti Socialiste : fort contre la crise, fier de ses valeurs, libre dans ses choix.


Je veux mettre la force de l’idéal et les forces des militants au service du succès de la gauche au pouvoir. C’est cela le rôle du Premier Secrétaire du Parti Socialiste. A jeudi !

Emmanuel Maurel
Agé de 39 ans, je suis membre du Parti depuis 22 ans déjà. Enseignant, J’habite et milite dans le Val-d’Oise.
Conseiller municipal dans l’opposition, je suis également vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France en charge des questions d’emploi, de formation professionnelle et d’apprentissage : une priorité pour les socialistes, surtout en ces temps de crise.
Depuis quatre ans, je suis Secrétaire national du Parti auprès de Martine Aubry : à ses côtés, j’ai eu la chance de préparer à la fois l’université permanente et l’université d’été du PS à La Rochelle.
Un parti fort fait le pari du débat avec la société civile, le monde social, un parti fort croit en l’importance de la formation des militants.

 

 

Merci aux camarades du Val d'Oise

Repost 0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 18:50

http://s.tf1.fr/mmdia/i/46/1/emmanuel-maurel-ps-10785461mzgyb_1713.jpg?v=1

 

Grace à vous, les militants socialistes ont démenti tous les pronostics. A ceux qui voulaient faire de notre congrès un « non événement », ils ont offert un beau témoignage de vitalité démocratique. Plus d’un tiers d’entre nous n’a pas apporté ses suffrages à une motion que l’on annonçait comme écrasante. La diversité du parti s’est exprimée : c’est bon pour la gauche, c’est bon pour le pays.

En dépit de la désignation anticipée de la direction du parti, les militants de la motion 3 ont remis le congrès à l’endroit : le débat sur l’orientation du PS d’abord, la question de ceux qui le dirigent ensuite !

Nous avons mis les débats sur la table, pas sous le tapis. Sur des questions aussi importantes que la justice sociale et le travail, la réorientation européenne, la réduction à marche forcée des déficits publics, la relance de l’investissement public, la révolution fiscale, l’urgence écologique, le lien avec toutes les forces de la gauche politique, syndicale et associative, nous avons mis au cœur du congrès les débats qui traversent la gauche et la société.

ENVIE DE GAUCHE

Par notre investissement dans les débats, dans un esprit de clarté et de camaraderie, nous sommes fiers d’avoir réveillé le congrès !

Avec près de 14% des suffrages nous avons défini une ligne politique cohérente, nous avons permis que s’exprime une profonde envie de gauche.

UN PS DE DEBAT, UN PS DE COMBAT

Nous avons réaffirmés le rôle irremplaçable des militants : c’est par le débat que l’on se rend utile à la réussite de la gauche aux responsabilités, c’est avec un parti de combat que nous nous opposerons efficacement aux forces réfractaires au changement.

AUJOURD’HUI, TOUT COMMENCE

Maintenant la Gauche, c’est un courant qui s’affirme, qui s’ancre dans une histoire politique mais c’est aussi une aventure collective qui commence. Ensemble, nous avons commencé à faire bouger les lignes et nous comptons bien continuer.

Jeudi prochain (le 18 octobre) les militants socialistes désigneront leur premier secrétaire national. Seuls les premiers signataires des deux motions arrivées en tête peuvent se porter candidat.  Comme tu l’imagines la question de la candidature d’Emmanuel a été posée et nous en avons parlé collectivement. De nombreux représentants de la motion 3 dans les fédérations souhaitent cette candidature en cohérence avec le vote et le succès de la motion 3. C’est une décision importante pour affirmer la ligne politique de nous avons défendue et faire vivre un nouveau courant, ancré à gauche.

La campagne sera courte, nous la voulons, sur le fond. Un parti utile c’est un parti de militant, un parti qui propose et qui met la société en mouvement. La candidature d’Emmanuel est une candidature pour un premier secrétaire militant !

Encore une fois bravo ! Jeudi, mobilisons-nous.

Maintenant la gauche, la motion 3

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20121012.OBS5576/maurel-je-suis-candidat-pour-etre-premier-secretaire-du-ps.html

Télécharger le communiqué de presse de candidature d’Emmanuel Maurel

 

source : http://www.maintenantlagauche.com

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 18:07

http://www.lejdc.fr/photoSRC/W1ZTJ1FdUTgIBhVOGwYSHgYNQDUVGFdfVV9FWkM-/emmanuel-maurel-le-18-aout-2011-a-paris_857341.jpeg

 

Les statuts socialistes précisent que seuls les premiers signataires des deux motions arrivées en tête peuvent concourir à la direction du parti, à l’occasion d’un second vote prévu le 18 octobre. Ainsi, Emmanuel Maurel premier signataire de la motion "Maintenant la gauche" affrontera Harlem Désir.

Il s'en explique dans cette interview :

 

Qu’avez-vous décidé ?

- J’ai décidé d’être candidat devant les militants le 18 octobre. C’est pour moi l’occasion de reconnaître ce qui s’est passé lors du vote du 11 octobre. Il y a eu un moment démocratique assez inattendu. La diversité du parti s’est exprimée. On a bien vu pendant quelques semaines que certains voulaient faire de ce congrès un non-évènement. On nous annonçait un congrès joué d’avance. Et ce qui est formidable, c’est que les militants se sont prononcés en liberté et ont pris ce congrès au sérieux. On veut continuer.

Qui voulait en faire “un non-évènement” ? 

- Une partie des dirigeants qui ont porté la motion 1 [emmenée par Harlem Désir] étaient déjà passés à autre chose. Ils ont souhaité un congrès expédié et précipité. Ils avaient même commencé à nommer les numéros un, deux, trois, quatre du parti. On se rend compte aujourd’hui que les militants ont considéré que c’était une façon de prendre le congrès à l’envers et, nous, on veut prendre le congrès à l’endroit.

Qu’est-ce qui vous différencie de la motion arrivée en tête ?

- Nous portons l’exigence d’un parti qui soutient sans faille le gouvernement mais qui est en même temps autonome. Nous voulons réaffirmer le rôle irremplaçable des militants quand les socialistes sont au pouvoir. Il faut faire un parti fort, un parti fier, un parti acteur du changement et non pas un parti simplement commentateur. Sur le fond, nous souhaitons une réorientation européenne comme nous dénonçons la sacralisation de ce chiffre de 3% de déficit public pour l’année prochaine, qui ne semble ni tenable ni pertinent.

Espérez-vous capitaliser sur les voix des trois autres motions ?

- Je constate que près d’un tiers des militants n’ont pas apporté leur suffrage à une motion qu’on annonçait ultra-majoritaire. La première satisfaction que j’en tire, c’est que nous sommes parvenus à réveiller le congrès. On a mis les débats sur la table et non pas sous le tapis. Et sur toutes une série de questions : la réorientation européenne, la marche forcée à la réduction des déficits, la révolution fiscale, l’urgence écologique… Ce qui est intéressant dans les trois autres motions, c’est que nous avons un certain nombre de préoccupations communes. C’est l’occasion pour moi, lors de cette courte semaine de campagne, de les remettre à l’ordre du jour.

Avez-vous discuté avec les représentants de ces trois autres motions ?

- Ce que j’espère, c’est le soutien des militants. Ils ont voté en liberté le 11 octobre, qu’ils continuent à le faire, qu’ils amplifient cette dynamique le 18 octobre.

Où se trouve aujourd’hui l’aile gauche du PS ? Autour de Hamon, autour de Montebourg, tous deux dans la motion 1, ou autour du trio Maurel-Guedj-Lienemann ?

- Ce qui m’intéresse, ce n’est pas d’être l’aile gauche du parti, mais d’ancrer le parti à gauche. De ce point de vue là, on a réussi une étape. Le très bon score de la motion 4 [portée par Stéphane Hessel] est aussi porteur d’une exigence de changement à gauche. Benoît Hamon et Arnaud Montebourg sont des camarades ministres qui font leur travail et qui essayent de contribuer au changement à leur manière et je leur en sais gré.

Quel score espérez-vous réaliser ?

- A partir du moment où l’on voit clairement que c’est un congrès qui n’est pas verrouillé, où les militants s’expriment en conscience, la question n’est pas de faire un score. Je suis clairement candidat pour être premier secrétaire du Parti socialiste.

 

source : http://tempsreel.nouvelobs.com

Repost 0