Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MLG76

Blog des militants socialistes de Seine-Maritime qui se reconnaissent dans la motion "Maintenant la Gauche !" déposée par Emmanuel MAUREL lors du Congrès de Toulouse du Parti Socialiste.

 

contact : MaintenantLaGauche76@yahoo.fr

 

 

  

 

Vive La Gauche 76

Archives

10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 06:35

http://village15.com/images/ecole%20elementaire%2015e.jpg

 

Voici les mesures qui seront prises par François Hollande entre Août 2012 et Juin 2013 :



. Nouvel acte de décentralisation pour donner plus de responsabilités aux régions en supprimant notamment les doublons Etat/Collectivités, le conseiller territorial.


. Loi de développement économique et social : création de la Banque publique d'investissement pour financer les entreprises, notamment TPE et PME dans les quartiers; lutte contre les licenciements boursiers et les restructurations "sauvages" ; mise en place des "contrats de relocalisation" ; participation des salariés aux conseils d'administration et aux comités de rémunération des grandes entreprises ; notation sociale des entreprises.


. Loi d'orientation et de programmation pour l'Education nationale (réforme de la formation des enseignants, des rythmes scolaires, programmation des 60.000 postes, création de l'Ecole nationale supérieure de formation pratique des maîtres).


. Création des emplois d'avenir - 150.000, dont 100.000 dans l'année qui suit l'entrée en vigueur de la loi - et du contrat de génération (loi pour l'emploi et la cohésion sociale)


. Création de 1.000 postes (sur les 5.000 prévus) pour la sécurité et la justice (loi de finances 2013).


. Fin de la convergence tarifaire public-privé à l'hôpital (loi de financement de la sécurité sociale 2013).


. Lancement du Plan de lutte contre le cancer 2013-2016.


. Négociation avec les partenaires sociaux sur la réforme des retraites : âge de départ, pénibilité...


. Loi sur l'accès au logement : encadrement des loyers, renforcement des sanctions de la loi SRU, réforme du régime de cession du foncier de l'Etat pour faciliter la construction de logements par les collectivités territoriales.


. Loi sur la tarification progressive de l'eau, de l'électricité et du gaz.


. Droit au mariage et à l'adoption pour tous les couples.


. Droit de finir sa vie dans la dignité.


. Constitutionnalisation des principes de la loi de 1905 sur la laïcité, réformes du Conseil supérieur de la magistrature, du statut pénal du chef de l'Etat, suppression de la Cour de Justice de la République, droit de vote (des étrangers), loi électorale, suppression du cumul des mandats."

 

 

 

source : http://oliviermouret.over-blog.com

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 04:00

http://www.leblogpatrimoine.fr/wp-content/uploads/2011/08/feuille-ISF.jpg

 

Voici les mesures qui seront prises par François Hollande entre le 3 Juillet et le 2 Août 2012 :

 

 

. Présentation au Parlement du programme de stabilité et du projet de loi de programmation pluriannuelle des finances publiques, fixant la trajectoire de retour à l'équilibre budgétaire en 2017.


. Réforme fiscale (loi de finances rectificative) : plafonnement et suppression de niches fiscales, modulation de l'impôt sur les sociétés au bénéfice des PME et entreprises réinvestissant leurs bénéfices, surtaxe sur les banques et les sociétés pétrolières, retour au barème de l'ISF, suppression de l'exonération sur les grosses successions, taxation des revenus du travail comme ceux du capital, tranche d'imposition à 75% au-dessus de 1 million d'euros.


. Suppression de la "TVA Sarkozy" (loi de financement de la sécurité sociale rectificative).


. Loi d'assainissement des activités bancaires : séparation des activités de dépôt et des activités spéculatives, lutte contre les produits toxiques et les paradis fiscaux.


. Lancement des principaux chantiers sociaux du quinquennat (Conférence nationale pour la croissance et l'emploi de mi-juillet) avec notamment pour priorités : emploi jeunes/seniors, encadrement des licenciements boursiers, sécurisation des parcours, lutte contre la précarité, égalité salariale et professionnelle.


. Lancement du débat national sur la transition énergétique préalable à la loi de programmation, avec notamment "plan massif" de rénovation thermique des logements.


. Réexamen de la rentrée scolaire, notamment les RASED ; recrutement (dans les 60.000 postes prévus) d'assistants d'éducation, de personnels d'encadrement ; mesures d'urgence pour compléter la formation pratique des professeurs néo-titulaires.


. Commission de préparation de "l'Acte II de l'exception culturelle.

 

 

 

source : http://oliviermouret.over-blog.com

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 04:00

 

Voici les premières mesures qui seront prises par François Hollande entre le 6 Mai et le 29 Juin 2012 :

 

 

. Réduction de 30% de la rémunération du chef de l'Etat et des membres du gouvernement


."Charte de déontologie et publication des déclarations d'intérêts par les membres du gouvernement" et des cabinets


. Augmentation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire (décret).


. Blocage pour 3 mois des prix des carburants (décret).


. Caution solidaire pour permettre aux jeunes d'accéder à la location (décret).


. Garantie pour l'épargne défiscalisée (livret A et livret d'épargne industrie, successeur du Livret de développement durable) d'une rémunération supérieure à l'inflation et doublement de leur plafond, pour mieux financer le logement social, développer PME et innovation.


. Mémorandum "proposant un Pacte de responsabilité, de croissance et de gouvernance pour modifier et compléter le Traité de stabilité et réorienter la construction européenne vers la croissance - dès fin mai, en vue du Conseil européen des 28 et 29 juin".


. Annonce aux partenaires de l'OTAN du retrait des troupes d'Afghanistan d'ici fin 2012 (G8 à Camp David 18-19 mai, Sommet de l'OTAN à Chicago, 20-21 mai).


. Abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers.


. Droit de partir en retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41 annuités (décret)


. Fixation d'un éventail de 1 à 20 des rémunérations dans les entreprises publiques (décret)


. Circulaire sur la lutte contre les "délits de faciès" lors des contrôles.


. "Gel conservatoire d'une partie des dépenses" dans l'attente du rapport  de la Cour des comptes sur les finances publiques (publié fin juin).


. Arrêt de la RGPP et lancement du "Projet de refondation et de modernisation de l'action publique".

 

 

 

 

source : http://oliviermouret.over-blog.com

 


Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 19:57

http://a1.mzstatic.com/us/r30/Publication/c5/28/4f/mzi.dpainozc.225x225-75.jpg

 

Vous pouvez télécharger gratuitement le livre-programme de François Hollande en cliquant ci-dessous :

 

http://itunes.apple.com/fr/book/le-changement-cest-maintenant/id504543265?mt=11

 


Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:55

http://toushollande.fr/assets/Uploads/_resampled/SetSize580290000000-3.jpg

 

A Sarkozy qui ne fait que gloser sur les richesses, improvise sur le pouvoir d’achat et, au final, laisse la France sans solution concrète, François Hollande reprend une idée chère à De Gaulle et à Roosevelt : en temps de crise, fini les paroles, Oui à l’impôt “patriotique” !

Et le candidat socialiste de proposer d’imposer de 75% les revenus supérieurs à 1 million d’euros par an. La droite de Sarkozy oppose les Français entre eux et propose de taxer tous les consommateurs, y compris les familles modestes. La France de François Hollande associe l’effort des uns et celui des autres en fonction d’une justice fiscale qui permet de parer à la crise. 30.000 contribuables gagnent plus de 1 million d’euros par an.

Fort d’un projet de gauche, socialiste, François Hollande prend le contre-pied des effets d’annonce spectaculaires qui ont déjà trompé les Français en 2007. Une idée mûrement réfléchie, ici les explications sur cette proposition : [clic]

Sur l’immigration : la droite joue l’imitation du FN avec les saillies extrémistes d’un Ministre de l’Intérieur inefficace et chasseur de voix. 

Sur le pouvoir d’achat : la droite joue l’embrouille avec l’annonce par Sarkozy d’un coup de pouce au salaire dont 3 milliards sur 7 ne sont pas financés … 

Sur la politique industrielle : la droite joue le bricolage permanent avec quelques cas colmatés le temps d’une élection et des annonces « surenchère » comme chez Pétroplus [clic] … 

Sur la gouvernance : la droite joue le populisme tous azimuths (gestion du chômage par référendum, annonce « poudre aux yeux » dont, en plus, le coût est passé sous silence …) etc.

François Hollande s’en prend à la richesse « insolente » et dit « chiche » aux riches qui, des Etats-Unis à la France, réclament d’être plus taxés pour contribuer à l’effort national. Ils ne fuiront donc pas à l’étranger comme le prétendent les libéraux du centre et de droite.

D’ailleurs, payer 75% c’est moins que le taux marginal d’imposition à 90% aux Etats-Unis mis en place par Roosevelt pendant la crise des années Trente. Et c’est moins que le taux de 80% qui prévalait en France sous De Gaulle chantre du “redressement national”.

La droite et son candidat des actionnaires critiquent ou critiqueront mais ils oublient que  depuis son discours de Toulon de l’automne 2008, Sarkozy n’a eu de cesse de dénoncer les rémunérations « indécentes » des traders et grands patrons qui gagnent plusieurs milliers de Smic, que la ministre du budget, Pécresse, déclarait en septembre dernier que des « rémunérations supérieures à 1 million d’euros étaient extravagantes ».

Mais la droite n’a rien fait … Or, comme le rappelait un éditorialiste, pendant les trente glorieuses, sous De Gaulle, le taux marginal supérieur de l’impôt sur le revenu était de 80% et cela n’a pas empêché la France de connaître la plus longue et plus forte période de croissance depuis 1945 …

 

 

source : ps76.fr

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 08:50

Francois-Hollande-Jean-Luc-Melenchon.jpg

 

Tous deux militants socialistes, Johann Cesa, porte-parole de l'Offensive Socialiste (MJS) et Jean-François Claudon, historien de la gauche, suggèrent un débat public entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon pour parvenir à une véritable union de la gauche et ainsi augmenter les chances de battre Nicolas Sarkozy.

 

La dynamique unitaire à gauche recèle de nombreuses vertus. La dernière en date constitue l'annonce, plus précoce que prévue, de la mue prodigieuse du président candidat en candidat président. On l'a dit et redit, l'entrée de Sarkozy en campagne est un non-événement, mais même les commentateurs les plus proches du pouvoir sont contraints d'admettre que ce sont bel et bien les progrès de la gauche qui ont chamboulé le calendrier de Sarko. 

La première phase de la campagne présidentielle, qui s’est articulée autour de la dénonciation du bilan de Nicolas Sarkozy, a donc porté ses fruits. François Hollande et Jean-Luc Mélenchon sont, à en croire les sondages, les principaux bénéficiaires du rejet que suscitent Sarko et sa bande, puisque les intentions de vote en leur faveur ont fait un bond de deux à trois points en quelques semaines. Les discours unitaires que reprennent Hollande et Mélenchon, depuis le début de cette année 2012, ne sont pas pour rien dans leur remontée actuelle. C'est François Hollande qui a sonné la charge lors de son discours du Bourget où il n'a pas hésité à désigner son véritable ennemi, ce « monde de la finance » aux yeux duquel Sarko n'est qu'un simple outil jetable après emploi. Poussé par le « phénomène » Mélenchon, le candidat des socialistes a été contraint de quitter le positionnement modéré auquel le prédisposaient son entourage pour le moins droitier et l'orientation qu'il avait défendue pendant les primaires, afin de retrouver une position centrale, au cœur de la famille socialiste.

UNE GAUCHE UNIE

Nos deux candidats le savent : rien de beau, rien de grand ne s’est fait dans ce pays sans l’unité de toute la gauche. C’est au sein de notre camp que se prépare l’alternative à Sarkozy et non dans une aventureuse alliance avec le prétendu « centre ». 

François Bayrou n’apparaît plus comme le candidat de substitution de la bourgeoisie que pour quelques députés UMP, bien plus effrayés par l'éventuelle perte de leur circonscription que par la radicalisation à droite du discours du président-candidat. Les deux candidats de la gauche ont bien raison, les rares fois où ils se décident à parler de Bayrou, de le classer à droite. Le programme de Bayrou ne diffère de celui de l'UMP que par son positionnement tactique, au cœur de l'échiquier politique, qui confère au président du Modem sa force potentielle et son incroyable fragilité : il n'a comme espace politique que celui que l'on veut bien lui laisser. 

Preuve en est que, dans les derniers mois, Bayrou n'a grimpé dans les sondages qu'en raison de la malencontreuse main qu'Hollande lui avait tendue... et à son détriment qui plus est ! Drôle d'allié que celui qui vous prend des voix, dilue votre programme et ne vous donne rien en retour... Le candidat PS, harcelé sur ce point par les camarades du FdG, mais aussi par sa propre aile gauche, semble avoir renoncé à ce rapprochement avec le ballon de baudruche du « centre ». Le PS doit tirer les leçons du dernier scrutin en réaffirmant ses alliances, en débattant sereinement avec le reste de la gauche et en considérant M. Bayrou comme ce qu'il est, à savoir un honnête homme de droite. 

Le candidat socialiste qui frise encore la barre des 30 %, celui du Front de gauche suscitant un enthousiasme grandissant, l'espace politique du centre qui fond comme neige au soleil, l'ennemi public n° 1 des travailleurs de ce pays entrant enfin en campagne... Pas de doute, la situation objective incite Hollande et Mélenchon, malgré et parfois contre leurs calculs, à se rapprocher. Lorsque le premier dit clairement que s’il n’est pas au deuxième tour, il appellera à voter pour le candidat de la gauche le mieux placé et que le second, renonçant à son pêché-mignon, se résout à ne plus taper sur ses anciens camarades socialistes, l’effet sur le salariat est immédiat. 

Si la gauche fait tout à la fois front commun contre son ennemi historique (la finance), son adversaire naturel (la droite) et son rival nationaliste (le FN), elle entraîne, elle rassemble, elle impulse une dynamique bien plus efficace que la simple addition des voix des deux hypothétiques « familles » politiques que constitueraient au choix, en fonction du point de vue, la gauche raisonnable et les « exagérés » ou le bloc révolutionnaire et la gauche « molle ». La preuve ? Les deux principaux candidats de notre camp ne se volent pas de voix. Bien au contraire, ils en gagnent ensemble. S'il maintient le cap, Hollande crédibilise le vote Front de gauche, tandis que la montée de Mélenchon confirme la place du PS comme pivot de la nouvelle majorité qui s'ébauche progressivement. L'unité PS-FdG densifie le programme de notre camp et fait progresser chacun de ses deux candidats.

UN COMBAT

A notre sens, l'unité est en effet une nécessité, mais également, aujourd'hui comme hier, un véritable combat. Les tentations social-libérales de l'aile droite du PS, si elles se cristallisaient en une orientation politique durable, seraient funestes pour l'ensemble de la gauche. Et Hollande n'a pas forcément besoin de Moscovici ou du Nouvel Obs pour se laisser aller, si la gauche socialiste n'est pas suffisamment attentive, à des errements qui l'éloignent du cap fixé au Bourget. 

N'est-ce pas le candidat PS qui a assuré, dans une interview au Guardian, que le monde de la finance n'avait « pas de crainte à avoir » d'une gauche qui, au pouvoir pendant quinze ans, avait « libéralisé l'économie et ouvert les marchés » ? N'est-ce pas Hollande qui, dans le même entretien, a doctement expliqué qu'il n'y avait « plus de communistes en France » aujourd'hui ? Mélenchon n'est pas en reste quand il stigmatise à Nantes les quatre « Dalton de l'austérité », laissant à Hollande le choix d'être Jack ou William, ou quand il dénonce à Villeurbanne le« social-libéralisme » de son compétiteur socialiste. Et que dire des blogueurs sectaires du PG qui attaquent frénétiquement sur la toile les dirigeants de la gauche du PS, en premier lieu Gérard Filoche, à qui le « programme partagé » du FdG doit tant ?

RASSEMBLER

Ces petites phrases assassines n'ont pas leur place à gauche, car la dynamique unitaire qui se met en branle, si elle présuppose le droit absolu à la critique en son sein, impose que la formulation des divergences soit honnête, c'est-à-dire fondée sur les faits. Cesser les invectives ne signifie pas, à notre sens, se résoudre à un débat aseptisé et conformiste dont le tout-sauf-Sarko serait le sésame, mais au contraire assumer les divergences programmatiques afin de tenter de les aplanir. 

Ce qui nous rassemble est mille fois plus fort que ces petites piques politiciennes. C'est une nécessité impérieuse pour la gauche que d'élever le débat. Et les états-majors l'ont bien compris, eux qui s'ingénient d'un côté à minimiser la portée de la déclaration de Hollande visant à rassurer la City et de l'autre à éteindre la polémique attisée dans les rangs du FdG sur le mépris présumé du PS à l'égard de ses alliés communistes. 

Le pas décisif vers un rassemblement de la gauche peut et doit se manifester par un vote commun et unanime, ce mardi, contre le Mécanisme Européen de Stabilité financière (MES). Ce piège grossier tendu par les droites franco-germaniques, qui rendrait impraticable toute politique de relance par l'avènement d'une « règle d'or » budgétaire, doit être déjoué par l'ensemble de notre camp afin que le gouvernement de gauche issu des élections soit en position de force pour renégocier le traité européen en cours d'adoption. Pour Merkozy, qui jubile à l'idée de diviser la gauche, ce serait l'effet boomerang assuré. Sachons saisir cette chance en appelant tous les parlementaires de gauche à voter contre ce nouveau plan de sauvegarde de la finance.

UN DÉBAT PUBLIC

C’est pour toutes ces raisons que nous pensons qu’il est à la fois urgent et nécessaire de confronter nos deux candidats principaux lors d’un débat public. Urgent, puisque les jours qui nous séparent du premier tour commencent à être comptés et qu’un tel débat aurait des effets forcément positifs sur le score cumulé de la gauche. 

Bien plus efficaces que les meetings convenus de l’entre-deux-tours, cela permettrait de consolider dès maintenant l'unité concrète de toute la gauche et d'enclencher un rouleau-compresseur électoral qui éliminerait « l'original » au soir du premier tour et « la copie » le 6 mai prochain, sans subir les pressions d'un centre devenu moribond, puisque totalement marginalisé par la claire affirmation de l'union de la gauche. 

La perspective d'un débat public en son sein est également nécessaire pour préparer l'avenir. De la confrontation d’idées, de l’opposition constructive, des avancées programmatiques permettant de construire un plan d’urgence démocratique, social et environnemental : voilà ce que désire le peuple de gauche quand celui de droite se complaît dans les luttes de personnes. C'est en débattant sur quelques mesures fortes destinées à devenir les premières de la prochaine législature que la gauche réalisera dans les faits les aspirations idéales et encore confuses de l'ensemble du peuple de gauche. Au lendemain des primaires citoyennes, un appel de cette nature a été initié par Jean-Luc Mélenchon. 

Pour l’heure, même s'il est probable que la perspective d'un tel débat soit majoritaire dans nos rangs socialistes, aucun des dirigeants de notre Parti n’est allé dans ce sens. Tous l’ont refusé, et François Hollande le premier en arguant que son « seul adversaire, c’est la droite », et qu'il ne veut pas « [s]e confronter avec un futur allié du second tour ». Mais qui sera au second tour ? La qualification de notre candidat socialiste est-elle à ce point assurée ? En démocratie, personne ne peut présager de l’avenir.

EN FINIR AVEC LE SORTANT

A ce titre, toute consigne de vote absolue et exclusive nous paraît de plus en plus vaine, puisque le choix des salariés, quoique déterminé sur le fond par des critères objectifs, se formalisera suite à une appréciation individuelle de la situation. Cela étant, que l'on soit électeur de Jean-Luc Mélenchon ou de François Hollande au premier tour, on veut la même chose : en finir avec le président sortant pour transformer la société. 

Nous ne sommes pas de ceux qui culpabilisent le peuple de gauche à coup de slogans du type « vote utile » et nous condamnons en retour les sectaires qui vouent aux gémonies les « traîtres » qui ne votent pas pour Mélenchon. 

Nous nous contentons d'affirmer deux choses. Tout d'abord, comme de nombreux camarades de la gauche du PS, nous pensons que ce dilemme légitime entre programme et efficacité politique est finalement secondaire, puisque la réalisation, même partielle, du véritable programme partagé de toute la gauche est subsumée à la nécessité impérieuse de chasser Sarkozy et sa bande du pouvoir. 

Avec Hollande à l'Élysée, le socle de notre programme commun (retraite à 60 ans, défense des 35 heures, smic à 1700 euros) a au moins des chances d'être mis en œuvre, tandis que nous sommes sûrs qu'il restera lettre morte si la droite repasse pour cinq ans. 

Notre seconde certitude est la suivante : il faudra que toute la gauche se rassemble derrière le candidat le mieux placé à l'issue du premier tour, et qu'aucune voix ne manque au soir du second pour écraser Sarko et donner au mouvement social toutes les chances de pousser en avant le gouvernement de gauche. 

Les arguties tactiques sur le « vote utile » ou sur son corrélat qu'est le « vrai vote de gauche » doivent laisser place nette à cette vérité supérieure : il faudra un Hollande en tête et un Mélenchon bien placé le 22 avril prochain pour se débarrasser définitivement de la droite et avancer vers le socialisme. 

-> http://offensivesocialiste.wordpress.com
Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 21:55


Vidéo de Hervé BATEUX  


Dans un Zénith de Rouen plein à craquer (10.000 personnes), après une intervention de Laurent Fabius et une présentation de sa porte parole Najat Vallaud-Belkacem, François Hollande a commencé son intervention vers 19h20.

De nombreuses personnalité politique comme Manuel Valls, Arnaud Montebourg où encore Robert Hue (qui a été ovationné) et le comédien Denis Poladylès étaient présents, ainsi que de nombeux élu(e)s Hauts-Normands, Estelle GrelierGuillaume BachelayValérie FourneyronDidier MarieJean-Louis DestansNicolas Mayer-RossignolChristophe Bouillon …

Voici un petit florilège des déclarations de François Hollande :

Tout d’abord en parlant de l’industrie : “les atouts de la Normandie” que “la crise frappe durement“, en particulier l’industrie. “Je n’ai jamais été de ceux qui ont anticipé une France sans usine“, a-t-il rappelé, indiquant que “depuis 10 ans, ceux qui dirigent le pays ont abandonné toute ambition industrielle pour y substituer des annonces sans lendemain” en référence aux “promesses non tenues” de Nicolas Sarkozy aux salariés de Gandrange.

Concernant la candidature officielle de Nicolas Sarkozy : “Vous connaissez la nouvelle du jour, peut-être qu’elle n’est pas venue jusqu’à vous. Le président-candidat est désormais le candidat-président. Quelle nouvelle ! Quel bouleversement ! Quelle sensation !“, tout en poursuivant : “Je vais vous faire une confidence : je m’en doutais. La vérité, c’est que le président-candidat est candidat depuis 5 ans. À peine élu, il était déjà en campagne, à peine entré il était déjà sortant“.

Au niveau du bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy : “Un fiasco !” “Pas une semaine sans qu’une promesse ne soit faite, sans que les moyens de l’Etat et de l’audiovisuel ne soient mis au service d’un homme, d’une carrière“. Il a mis en avant que le chef de l’Etat “tentera de faire de ses faiblesses une force” (…) “Car qui va mieux depuis cinq ans ?” : ”Les ouvriers ? Les employés ? Les agriculteurs ? Les professeurs ? Mais qui va mieux en France ? Je vais vous le dire, c’est un peuple à part, qui vit au-dessus du peuple. Le peuple des importants, des possédants, des dirigeants, lui va mieux depuis cinq ans“.  Le socialiste a aussi affirmé que “Le quinquennat avait commencé par un bouclier, il se termine par une massue, celle de la TVA sur la tête des Français. Ce n’est pas un bilan c’est un fiasco !

Concernant les référundums voulus par Nicolas Sarkozy : Il a ironisé sur les propositions de Nicolas Sarkozy à ce sujet, sur le chômage, par exemple : “vous êtes pour ou contre le chômage ?” ; “Curieuse position” (…) “quand, pendant cinq ans, il n’a pas consulté le peuple français” sur des questions importantes comme les retraites.  Pour le candidat socialiste, il n’y a qu’un seul référendum, celui du 6 mai prochain : “Et j’ai même trouvé la question qui sera posée” : “Voulez-vous poursuivre cinq ans de plus avec le même président ?” ou “Voulez-vous changer de président et de méthodes ?“.

Au niveau de l’élection présidentielle : François Hollande a rappelé qu’il reste encore 66 jours jusqu’à l’élection : “Je les compte, chaque jour“, rappelant qu’il était “en campagne depuis près d’un an“. “Je ne me préoccupe pas des autres. Je ne me préoccupe que de mon objectif, faire gagner la France. Je suis sur ma ligne et je n’en dévie pas. J’ai compris que d’autres s’étaient engagés“.

Sans oublier la référence à François Mitterrand et sa phrase à l’attention de Valérie Giscard d’Esteing alors président sortant en 1981 : “Plutôt que de présenter sa candidature, il aurait mieux fait de présenter ses excuses.

Le contraste était saisissant hier soir. D’un côté François Hollande voulant rassembler les Français et de l’autre un président sortant cherchant à les diviser.


http://christophebouillon.fr/wp-content/uploads/tribune1.jpg

Photo issue du blog de Christophe Bouillon

    

L’intégralité du Meeting de Rouen de François Hollande (vidéo, photos, Discours intégral ...) ICI 

 

Lien : hern.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 20:06
http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRcw9ul54kQChjDzgJsucwZ3tOxRwcF8fQ5opCzfLs6GKp1P98_zw
Pour participer à la campagne de François HOLLANDE, rendez vous sur le site TOUS HOLLANDE 2012.
 
Vous pourrez partager sur Facebook, twitter, ou vous inscrire pour faire du porte à porte. 
 
Pour la victoire le 6 MAI prochain.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 06:23

60-propositions-francois-hollande.jpg

 

 

Un grand débat va se dérouler dans le pays. Pour lui donner tout son sens, j’ai voulu formuler des propositions précises, que je vous soumets. Ce sont mes engagements. Je les tiendrai.”François Hollande

 

Première étape : JE VEUX REDRESSER LA FRANCE !

Je veux relancer la production, l’emploi et la croissance

1 Je créerai une Banque publique d’investissement. À travers ses fonds régionaux, je favoriserai le développement des PME et je permettrai aux Régions, pivots de l’animation économique, de prendre des participations dans les entreprises stratégiques pour le développement local et la compétitivité de la France. Une partie des financements sera orientée vers l’économie sociale et solidaire.

2 Je ferai des PME une priorité. Je mobiliserai l’épargne des Français, en créant un livret d’épargne industrie dont le produit sera entièrement dédié au financement des PME et des entreprises innovantes. Pour cela, je doublerai le plafond du livret développement durable, en le portant de 6 000 à 12 000 euros. Les PME, les TPE, les artisans et les commerçants auront, dans chaque région, un interlocuteur unique. Le crédit d’impôt recherche leur sera rendu plus simple et plus accessible. Je veillerai à ce que la commande publique leur soit bien ouverte, en toute indépendance et transparence.

3 Je favoriserai la production et l’emploi en France en orientant les financements, les aides publiques et les allégements fiscaux vers les entreprises qui investiront sur notre territoire, qui y localiseront leurs activités et qui seront offensives à l’exportation. À cet effet, je modulerai la fiscalité locale des entreprises en fonction des investissements réalisés. En parallèle, j’engagerai avec les grandes entreprises françaises un mouvement de relocalisation de leurs usines dans le cadre d’un contrat spécifique. J’instaurerai, pour les entreprises qui se délocalisent, un remboursement des aides publiques reçues. Une distinction sera faite entre les bénéfices réinvestis et ceux distribués aux actionnaires. Je mettrai en place trois taux d’imposition différents sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les petites et moyennes, 15% pour les très petites.

4 Je soutiendrai le développement des nouvelles technologies et de l’économie numérique, levier essentiel d’une nouvelle croissance, en organisant avec les collectivités locales et l’industrie la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans.

5 Je préserverai le statut public des entreprises détenues majoritairement par l’État (EDF, SNCF, La Poste…). Je demanderai à ce que soit adoptée, au sein de l’Union européenne, une directive sur la protection des services publics.

Je veux défendre l’agriculture française et soutenir la ruralité

6 Je défendrai un budget européen ambitieux pour l’avenir de l’agriculture dans sa diversité, en particulier l’élevage, dans le cadre de la révision de la politique agricole commune. J’encouragerai la promotion de nouveaux modèles de production et de l’agriculture biologique. Je donnerai aux producteurs les moyens de s’organiser pour rééquilibrer les rapports de force au sein des filières face à la grande distribution. Je garantirai la présence des services publics locaux dans le monde rural. J’assurerai la protection de notre économie maritime et redonnerai à la pêche les moyens de sa modernisation. Je ferai de notre pays le leader européen des énergies marines renouvelables.

Je veux mettre les banques au service de l’économie

7 Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives. J’interdirai aux banques françaises d’exercer dans les paradis fiscaux. Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie. Je supprimerai les stock-options, sauf pour les entreprises naissantes, et j’encadrerai les bonus. Je taxerai les bénéfices des banques en augmentant leur imposition de 15 %. Je proposerai la création d’une taxe sur toutes les transactions financières ainsi que d’une agence publique européenne de notation.

8 Je garantirai l’épargne populaire par une rémunération du livret A supérieure à l’inflation et tenant compte de l’évolution de la croissance. Pour baisser les frais bancaires, une loi plafonnera le coût des services facturés par les banques. Pour lutter contre le surendettement, le crédit à la consommation sera encadré.

Je veux redresser nos finances publiques

9 Le déficit public sera réduit à 3% du produit intérieur brut en 2013. Je rétablirai l’équilibre budgétaire en fin de mandat. Pour atteindre cet objectif, je reviendrai sur les cadeaux fiscaux et les multiples « niches fiscales » accordés depuis dix ans aux ménages les plus aisés et aux plus grosses entreprises. Cette réforme de justice permettra de dégager 29 milliards d’euros de recettes supplémentaires.

10 Un coup d’arrêt sera porté à la procédure de révision générale des politiques publiques et à l’application mécanique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Dès 2012, j’ouvrirai un cycle de concertation avec les organisations syndicales de la fonction publique sur tous les sujets : perspectives salariales ; lutte contre la précarité ; modes de nominations des emplois supérieurs de la fonction publique ; déroulement des carrières.

Je veux réorienter la construction européenne

11 Je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance pour sortir de la crise et de la spirale d’austérité qui l’aggrave. Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction. Je proposerai de créer des euro-obligations. Je défendrai une association pleine et entière des parlements nationaux et européen à ces décisions. Cinquante ans après le traité de l’Élysée, je proposerai à notre partenaire l’élaboration d’un nouveau traité franco-allemand.

12 Je défendrai un budget européen (2014-2020) au service des grands projets d’avenir. Je soutiendrai la création de nouveaux outils financiers pour lancer des programmes industriels innovants, notamment dans les domaines des technologies vertes et des transports de marchandise ferroviaires. Et je militerai auprès de nos partenaires pour une Europe de l’énergie.

13 Je proposerai également une nouvelle politique commerciale pour faire obstacle à toute forme de concurrence déloyale et pour fixer des règles strictes de réciprocité en matière sociale et environnementale. Une contribution climat - énergie aux frontières de l’Europe viendra compléter cette stratégie. J’agirai, dans le cadre du G20, pour une parité plus équilibrée de l’euro vis-à-vis du dollar américain et du yuan chinois en proposant un nouvel ordre monétaire international.

 

Deuxième étape : JE VEUX RETABLIR LA JUSTICE !

Je veux engager une grande réforme fiscale

14 La contribution de chacun sera rendue plus équitable par une grande réforme permettant la fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR). Une part de cet impôt sera affectée aux organismes de sécurité sociale. Les revenus du capital seront imposés comme ceux du travail.

15 Je ferai contribuer les plus fortunés des Français à l’effort national en créant une tranche supplémentaire de 45% pour les revenus supérieurs à 150 000 euros par part. En outre, nul ne pourra plus tirer avantage des « niches fiscales » au-delà d’une somme de 10 000 euros de dimi- nution d’impôt par an.

16 Je maintiendrai toutes les ressources affectées à la politique familiale.J’augmenterai de 25% l’allocation de rentrée scolaire dès la prochaine rentrée. Je rendrai le quotient familial plus juste en baissant le plafond pour les ménages les plus aisés, ce qui concernera moins de 5% des foyers fiscaux.

17 Je reviendrai sur les allégements de l’impôt sur la fortune institués en 2011 par la droite, en relevant les taux d’imposition des plus gros patrimoines. L’abattement sur les successions sera ramené à 100 000 euros par enfant et l’exonération en faveur des conjoints survivants sera conservée. Je renforcerai les moyens de lutter contre la fraude fiscale.

Je veux négocier une nouvelle réforme des retraites

18 Je ferai en sorte que tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé la totalité de leurs annuités retrouvent le droit de partir à la retraite à taux plein à cet âge-là : ce principe sera mis en œuvre immédiatement. Une négociation globale s’engagera dès l’été 2012 avec les partenaires sociaux afin de définir, dans un cadre financier durablement équilibré, l’âge légal de départ à la retraite, la prise en compte de la pénibilité, le montant des pensions et l’évolution des recettes indispensables à la pérennité de notre système de retraite solidaire. J’engagerai aussi une réforme de la dépendance permet- tant de mieux accompagner la perte d’autonomie.

Je veux renouer avec l’excellence de notre système de santé et renforcer l’hôpital public

19 Je réformerai la tarification pour mettre fin à l’assimilation de l’hôpital avec les établissements privés. Je le considérerai comme un service public et non comme une entreprise. Pour lutter contre les déserts médicaux, je favoriserai une meilleure répartition des médecins par la création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire. Je fixerai un délai maximum d’une demi-heure pour accéder aux soins d’urgence. J’améliorerai la prise en compte de la santé publique, notamment en augmentant la part de rémunération forfaitaire des médecins généralistes.

20 Je sécuriserai l’accès aux soins de tous les Français en encadrant les dépassements d’honoraires, en favorisant une baisse du prix des médicaments et en supprimant le droit d’entrée dans le dispositif de l’aide médicale d’État.

21 Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité.

Je veux faire construire plus de logements

22 Dans les zones où les prix sont excessifs, je proposerai d’encadrer par la loi les montants des loyers lors de la première location ou à la relocation. Je mettrai en place pour les jeunes un dispositif de caution solidaire. J’agirai pour que soient construits au cours du quinquennat 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants, soit 300 000 de plus que lors du quinquennat précédent, dont 150 000 logements très sociaux, grâce au doublement du plafond du livret A. Je renforcerai la loi SRU, en multipliant par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes refusant d’accueillir les ménages aux revenus modestes et moyens. Je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux et je favoriserai la mixité sociale en imposant une règle des trois tiers bâtis : un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale, un tiers de logements libres.

23 Je mettrai gratuitement à disposition des collectivités locales les terrains de l’État qui sont disponibles pour leur permettre de construire de nouveaux logements dans un délai de cinq ans.

Je veux faire prévaloir la justice au travail

24 Je lutterai contre la précarité qui frappe avant tout les jeunes, les femmes et les salariés les moins qualifiés : à cette fin, j’augmenterai les cotisations chômage sur les entreprises qui abusent des emplois précaires. Je mettrai en place un dispositif de notation sociale obligeant les entreprises de plus de 500 salariés à faire certifier annuellement la gestion de leurs ressources humaines au regard de critères de qualité de l’emploi et de conditions de travail.

25 Je défendrai l’égalité des carrières professionnelles et des rémunérations entre les femmes et les hommes. Une loi sanctionnera les entre- prises qui ne respectent pas cette règle, notamment par la suppression des exonérations de cotisations sociales.

26 J’imposerai aux dirigeants des entreprises publiques un écart maximal de rémunérations de 1 à 20.

Je veux réinstaller la justice dans tous nos territoires, en métropole comme en Outre-mers

27 Je lancerai une nouvelle génération d’opérations de renouvellement urbain, je les compléterai par des actions de cohésion sociale en lien avec les collectivités et les associations, et je maintiendrai les services publics dans nos banlieues. J’augmenterai les moyens, notamment scolaires, dans les zones qui en ont le plus besoin et je rétablirai une présence régulière des services de police au contact des habitants.

28 Je relancerai la politique des transports pour lutter contre la fracture territoriale qui exclut une partie des habitants de l’accès aux emplois et aux services publics. Ma priorité sera d’apporter, tant en Ile-de-France que dans les autres régions, une réponse à la qualité de service des trains du quotidien ainsi qu’à la desserte des territoires enclavés.

29 J’encouragerai un nouveau modèle de développement de l’outre-mer, comportant un pro- gramme d’investissements et une action priori- taire pour l’emploi et la formation des jeunes. Je lutterai sans concession contre les monopoles et les marges abusives pour réduire la vie chère. Je créerai un ministère de l’Outre-mer rattaché au Premier ministre et une cité de l’outre-mer en Ile-de-France.

Je veux lutter sans concession contre toutes les discriminations

30 Je lutterai contre le « délit de faciès » dans les contrôles d’identité par une procédure respectueuse des citoyens, et contre toute discrimination à l’embauche et au logement. Je combattrai en permanence le racisme et l’antisémitisme.

31 J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels.

32 Je garantirai l’existence d’un volet handicap dans chaque loi. Et je renforcerai les sanctions en cas de non-respect des 6% de travailleurs handicapés dans les entreprises, les services publics et les collectivités locales.

 

 

Troisième étape : JE VEUX REDONNER ESPOIR AUX NOUVELLES GENERATIONS !

Je veux combattre le chômage, qui frappe particulièrement les jeunes et les séniors

33 Je proposerai un contrat de génération pour permettre l’embauche par les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. Ce « tutorat » permettra de préserver des savoir-faire et d’intégrer durablement les jeunes dans la vie professionnelle.

34 Je créerai 150 000 emplois d’avenir pour faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi et l’action des associations, en priorité dans les quartiers populaires. Je reviendrai sur la défiscalisation et les exonérations de cotisation sociale sur les heures supplémentaires, sauf pour les très petites entreprises.

35 Je mettrai en place, en concertation avec les partenaires sociaux, la sécurisation des parcours professionnels, pour que chaque salarié puisse se maintenir dans l’entreprise ou l’emploi et accéder à la formation professionnelle. Le financement de la formation sera concentré sur les publics les plus fragiles, les moins formés et les chômeurs. Je renforcerai les moyens de Pôle emploi. Pour dissuader les licenciements boursiers, nous renchérirons le coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions, et nous donnerons la possibilité aux salariés de saisir le tribunal de grande instance dans les cas manifestement contraires à l’intérêt de l’entreprise.

Je veux remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de l’action publique

36 Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation. Ils couvriront tous les métiers. Je mettrai en place un prérecrutement des enseignants avant la fin de leurs études. Pour tous, je rétablirai une formation initiale digne de ce nom.

37 Je ferai en sorte que les enfants de moins de trois ans puissent être accueillis en maternelle. Je donnerai la priorité à l’acquisition des savoirs fondamentaux et d’un socle commun de compétences et de connaissances. Au collège et au lycée, nous transformerons, avec les enseignants, les méthodes pédagogiques. Les élèves les plus en difficulté bénéficieront d’un accompagnement personnalisé pour que, à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Je renforcerai et valoriserai les filières d’enseignement professionnel et technologique. Je veux lutter contre la précarité des jeunes. J’offrirai à tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique.

38 Dans l’affectation des nouveaux personnels, ma priorité ira aux écoles maternelles et primaires, car c’est là que les premières difficultés se manifestent et que l’échec scolaire se forme, ainsi qu’aux zones en difficulté. Dans l’intérêt de nos enfants, je reverrai les rythmes scolaires, qui n’ont aucun équivalent en Europe.

39 Je réformerai les premiers cycles universitaires, en décloisonnant les filières à l’université afin d’éviter une spécialisation trop précoce des étudiants, en renforçant les passerelles entre toutes les formations du supérieur, notamment entre universités et grandes écoles. Je réformerai la loi LRU pour garantir une autonomie réelle des établissements et une gouvernance plus collégiale et démocratique. Je créerai une allocation d’études et de formation sous conditions de ressources dans le cadre d’un parcours d’autonomie. J’encadrerai les stages pour empêcher les abus. Je donnerai une impulsion aux échanges entre universités françaises et étrangères. J’abrogerai la circulaire sur les étudiants étrangers. Je simplifierai l’organisation du financement de la recherche, notamment pour que les chercheurs puissent se consacrer à leur véritable tâche. J’accélérerai la mise en œuvre des Investissements d’avenir.

40 Je garantirai pour tous les jeunes, valides ou non, la possibilité de pratiquer le sport dans un club ou une association. Je renforcerai la solidarité de l’économie du secteur professionnel vers le secteur amateur. Je m’appuierai sur le mouvement sportif pour organiser en France de grandes compétitions internationales.

Je veux faire de la France la nation de l’excellence environnementale

41 Je préserverai l’indépendance de la France tout en diversifiant nos sources d’énergie. J’engagerai la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale des installations et en poursuivant la modernisation de notre industrie nucléaire. Je favoriserai la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur. La France respectera ses engagements internationaux pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, je fermerai la centrale de Fessenheim et je poursuivrai l’achèvement du chantier de Flamanville (EPR).

42 Je ferai adopter une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz afin de garantir l’accès de tous à ces biens essentiels et d’inciter à une consommation responsable. Elle permettra de faire sortir de la précarité énergétique 8 millions de Français.

43 Je lancerai un vaste plan qui permettra à 1 million de logements par an de bénéficier d’une isolation thermique de qualité. Seront ainsi créés des dizaines de milliers d’emplois. Les économies de chauffage qui en découleront redonneront du pouvoir d’achat aux ménages.

Je veux soutenir l’accès à la culture et à la création artistique

44 Je lancerai un plan national d’éducation artistique. Je soutiendrai la création et la diffusion qui sont le levier de l’accès de tous à la culture. J’établirai entre l’État et les collectivités locales des contrats visant à doter le territoire d’un maillage culturel mieux coordonné et plus efficace. Je ferai voter une loi d’orientation sur le spectacle vivant et je reprendrai le chantier du Centre national de la musique, pour en faire un outil au service de la diversité culturelle. Je reviendrai à un taux de TVA à 5,5% pour le livre et la billetterie, et je lutterai pour la survie des librairies indépendantes.

45 Je remplacerai la loi Hadopi par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle française, qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux œuvres par internet facilité et sécurisé. La lutte contre la contrefaçon commerciale sera accrue en amont, pour faire respecter le droit moral, pilier des droits d’auteur, et développer les offres en ligne. Les auteurs seront rémunérés en fonction du nombre d’accès à leurs œuvres grâce à un financement reposant à la fois sur les usagers et sur tous les acteurs de l’économie numérique qui profitent de la circulation numérique des œuvres.

 

 

Quatrième étape : JE VEUX UNE REPUBLIQUE EXEMPLAIRE ET UNE FRANCE QUI FASSE ENTENDRE SA VOIX

Je veux défendre et promouvoir la laïcité

46 Je proposerai d’inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Églises et de l’État, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle. »

Je veux que la prochaine présidence soit celle de l’impartialité de l’Etat, de l’intégrité des élus et du respect des contre-pouvoirs

47 Je réformerai le statut pénal du chef de l’État. Je réduirai de 30% la rémunération du président de la République et des ministres. Les anciens présidents de la République ne siégeront plus au Conseil constitutionnel.

48 J’augmenterai les pouvoirs d’initiative et de contrôle de Parlement, notamment sur les nominations aux plus hauts postes de l’État afin de les rendre irréprochables. Je ferai voter une loi sur le non-cumul des mandats. Je renforcerai la parité entre les femmes et les hommes en alourdissant les sanctions financières contre les partis politiques qui ne la respectent pas. J’introduirai une part de proportionnelle à l’Assemblée nationale.

49 Je porterai la durée d’inéligibilité des élus condamnés pour faits de corruption à dix ans.

50 J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans. Je conduirai une lutte implacable contre l’immigration illégale et les filières du travail clandestin. Je sécuriserai l’immigration légale. Les régularisations seront opérées au cas par cas sur la base de critères objectifs.

51 La désignation des responsables des chaînes publiques de télévision et de radio dépendra d’une autorité indépendante et non plus du chef de l’État ou du gouvernement. Je préserverai l’indépendance de l’AFP et je renforcerai la loi sur la protection des sources.

Je veux donner à la police et à la justice les moyens de nous protéger

52 Je mettrai en oeuvre une nouvelle sécurité de proximité assurée par la police dans nos quartiers et la gendarmerie dans les territoires ruraux. Je créerai des zones de sécurité prioritaires où seront concentrés davantage de moyens. Je doublerai le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs condamnés par la justice en les portant à 80 durant le quinquennat. Je créerai, chaque année, 1 000 postes supplémentaires pour la justice, la police et la gendarmerie.

Je veux donner un nouvel élan à notre démocratie

53 Je garantirai l’indépendance de la justice et de tous les magistrats : les règles de nomination et de déroulement de carrière seront revues à cet effet ; je réformerai le Conseil supérieur de la magistrature. J’interdirai les interventions du gouvernement dans les dossiers individuels. Je reviendrai sur les peines planchers qui sont contraires au principe de l’individualisation des peines. L’accès à la justice de proximité pour tous les litiges portant sur des aspects essentiels de la vie quotidienne des Français sera facilité. Les peines prononcées seront toutes effectivement exécutées et les prisons seront conformes à nos principes de dignité.

54 J’engagerai une nouvelle étape de la décentralisation en associant les élus locaux. Je ferai voter une loi sur le renforcement de la démocratie et des libertés locales. Elle prévoira notamment l’abrogation du conseiller territorial et la clarification des compétences. Un pacte de confiance et de solidarité sera conclu entre l’État et les collectivités locales garantissant le niveau des dotations à leur niveau actuel. Je réformerai la fiscalité locale en donnant plus d’autonomie aux communes, aux départements et aux Régions, en contrepartie d’une plus grande responsabilité. Une véritable péréquation sera mise en oeuvre.

55 Tout texte de loi concernant les partenaires sociaux devra être précédé d’une concertation avec eux. Je ferai modifier la Constitution pour qu’elle reconnaisse et garantisse cette nouvelle forme de démocratie sociale. Dès l’été 2012, je réunirai une grande conférence économique et sociale qui sera saisie des priorités du quinquennat. Je permettrai la présence des représentants des salariés dans les conseils d’administration et dans les comités de rémunération des grandes entreprises.

56 Je ferai ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Je veux porter haut la voix et les valeurs de la France dans le Monde

57 Je soutiendrai la mise en place d’une Organisation mondiale de l’environnement et d’une véritable gouvernance de la mondialisation autour du G20, des organisations régionales et des Nations unies. Je resserrerai nos liens avec les grands pays émergents (Chine, Inde, Brésil…). J’agirai pour une aide accrue aux pays en développement et pour un renouveau du multilatéralisme. Je plaiderai pour une réforme de l’ONU, notamment l’élargissement du Conseil de sécurité, au sein duquel la France gardera son siège et son droit de veto.

58 Je développerai la relation de la France avec les pays de la rive sud de la Méditerranée sur la base d’un projet économique, démocratique et culturel. Je romprai avec la « Françafrique », en proposant une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité. Je relancerai la francophonie. Je prendrai les mesures nécessaires pour accompagner nos compatriotes établis hors de France, notamment en matière d’enseignement, en fonction de leurs revenus.

59 J’engagerai un retrait immédiat de nos troupes d’Afghanistan : il n’y aura plus de troupes françaises dans ce pays à la fin de l’année 2012. Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien.

60 Je maintiendrai une ambition nationale élevée pour notre outil de défense, et je serai très vigilant dans l’action contre le terrorisme. Je fixerai un cap à nos forces armées, en conservant les deux composantes de notre dissuasion nucléaire, et en resserrant les liens entre l’armée et la nation. Je veillerai à ce que les armées disposent des moyens de leur mission et d’une organisation performante. Je relancerai une politique industrielle de défense ambitieuse. Je m’attacherai à ce que l’Otan retrouve sa vocation initiale : la préparation de la sécurité collective.

 

 

 


 

 

http://www.ladepeche.fr/content/item/media/image/infographie/hollande_son_programme_12647_hd.jpg

 

 

 

sources : ps76.fr - hern.over-blog.com

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:10

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2012-01-22T145821Z_1759808648_LR2E81M15KZ15_RTRMADP_3_FRANCE_0.JPG

 

 

Le 22 janvier 2012, François Hollande a tenu son premier meeting de campagne au Bourget.

 

Le discours de François Hollande

Partie 1
Partie 2


 

Voici les principales propositions du candidat socialiste à l'élection présidentielle :

 

La République irréprochable

 - inscrire la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’Etat dans la Constitution :

« Présider la République, c’est être viscéralement attaché à la laïcité, car c’est une valeur qui libère et qui protège. Et c’est pourquoi j’inscrirai la loi de 1905, celle qui sépare les Eglises de l’Etat, dans la Constitution. »

- participation des citoyens à un grand débat sur l’énergie
- partager le pouvoir de nomination aux hautes fonctions administratives avec le Parlement
- supprimer le pouvoir de nomination par le Président de France TV. Nomination par une autorité administrative indépendante.
- non cumul des mandats pour les parlementaires
- introduction d’une dose de proportionnelle à l’Assemblée nationale
- introduire le droit de vote des étrangers aux élections locales
- réduction de 30% des indemnités du Président et des membres du Gouvernement

Retrait des troupes françaises d’Afghanistan

« Je pense à nos morts en Afghanistan, auxquels je veux rendre hommage ici, avec émotion, avec dignité, avec respect, comme aux blessés qui souffrent dans leur chair. (…) Mais il faut aussi avoir la lucidité d’affirmer, au-delà du dévouement des hommes là-bas pour leur pays, que notre mission est terminée. Elle avait été engagée il y a plus de dix ans par Lionel Jospin et Jacques Chirac dans un but précis, qui était de répondre à l’attaque terroriste sur les Etats-Unis. Je l’avais pleinement approuvée. Et bien aujourd’hui, cette mission est achevée. Il est donc temps de décider le retrait qui s’impose, et je l’ai décidé de longue date. J’en assumerai donc, si les Français m’en donnent mandat, toute la responsabilité. J’en préviendrai nos alliés et je ferai en sorte que ce retrait se fasse en bon ordre, sans en aucune façon menacer la vie de nos soldats. »

Priorité jeunesse

« J’ai proposé de créer 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation, pas seulement de professeurs, mais de surveillants, d’infirmières, d’assistantes sociales, de tous ceux qui contribuent à l’accueil, à l’accompagnement, à la réussite des jeunes. On me dit « c’est trop ». Non, je dis « ce n’est peut-être pas assez » ! C’est terrible de mener une bataille contre l’échec scolaire, qui fait chaque année plus de 150 000 victimes, 150 000 qui sortent sans diplôme, sans qualification, de l’école. La priorité ira aux écoles maternelles et primaires parce que c’est là que beaucoup se joue et que les premiers retards se précisent. Les rythmes scolaires qui n’ont aucun équivalent en Europe seront revus. Au collège et au lycée, les élèves les plus en difficulté bénéficieront d’un accompagnement personnalisé, pour qu’à la fin du quinquennat, je dis bien à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Aucun jeune, aucun jeune de 16 à 18 ans – et je sais ce qu’est la déscolarisation dans beaucoup de nos villes et dans beaucoup de familles -, aucun jeune de 16 à 18 ans ne restera sans solution de formation, d’emploi ou même de service civique. »

L’emploi

 - création d’un contrat de génération
- 150 000 emplois d’avenir réservé aux jeunes, en partie ceux issus des quartiers populaires

Santé

 - Encadrement des dépassements d’honoraires des médecins
- Réforme de la tarification des soins afin de mettre fin à la compétion entre l’hopital public et les cliniques privées
- Présence d’un service d’urgence à 30 minutes maximum de tout français

La finance mise au pas

 - loi de séparation des activités spéculatives et de dépots des banques
- interdiction d’implantation des banques françaises dans les paradis fiscaux
- suppression des stock options sauf dans les entreprises innovantes
- création d’une véritable taxe sur les transactions financières

Réindustrailisation et relance de l’innovation

- création d’une banque publique d’investissement
- création d’un livret d’épargne industrie
- soutien aux PME par un élargissement du crédit impôt recherche
- remboursement des aides publiques pour les entreprises qui délocalisent
- couverture de la France en très haut débit d’ici 10 ans

“L’Europe : notre bien commun”

- pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance avec les pays européens
- renégociation du traité issu de l’accord européen du 9 décembre 2011
- négocier le prochain budget européen afin de relancer les grands projets industriels en Europe
- création d’euro-obligations “afin de mutualiser une partie des dettes souveraines.”
- contribution écologique aux frontières de l’Europe pour lutter contre la concurrence déloyale en matière commerciale
- reforme des traités dans le sens d’une démocratisation des institutions
- élaboration d’un nouveau Traite de l’Elysee Franco-allemand afin de relancer la construction européenne
- l’Europe a bien des défauts mais elle est notre bien commun

La transition énergétique

- réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production d’électricité
- lancer un grand effort en faveur des énergies renouvelables
- assurer l’isolation thermique d’un million de logements neufs et anciens

Priorité au logement social

 - construction de 300 000 de logements sociaux
- doublement des moyens du livret A en faveur du logement social
- mise a disposition par l’Etat des terrains libres aux collectivités pour qu’elles y construisent
- multiplication par 5 des sanctions aux propriétaires laissant des logements vacants

La grande réforme fiscale

- créer une nouvelle tranche d’imposition a 45% sur les revenus supérieurs a 150.000 euros ce qui permettra de protéger classes moyennes
- rappel opposition farouche a la TVA sociale
- rapprochement puis fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un Prélevement Progressif sur le Revenu (PPR)
- plafonnement de l’avantage tiré des niches fiscales à 10 000€

Une réforme des retraites plus juste

 - permettre dès 2012 à ceux qui ont cotisé 41 ans de partir à la retraite à 60 ans.
- au delà, ouverture d’une négociation avec les partenaires sociaux pour une réforme durable préservant le système des retraites par répartition

La croissance, et le rétablissement des comptes publics, conditions du redressement

- lancer un grand effort en faveur de la recherche et de l innovation
- Déficit budgétaire ramené a 0% en 2017
- réduction des niches fiscales

Des zones de sécurité prioritaire

 - création de zones de sécurité prioritaire
- création de 1000 postes chaque année dans la police, la gendarmerie et la justice

Les premiers actes fondateurs du Quinquennat

 - Fin mai 2012 Sommet Otan, pour acter le retrait des troupes françaises d’Afghanistan
- Eté 2012 collectif budgétaire et grande loi de programmation de rétablissement de nos finances publiques
- Eté 2012 - premières reformes bancaires et du secteur financier. Loi sur la séparation des banques de détail et de dépôt
- Préparation d un grand débat sur l’énergie (referendum) et la République (Loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l Etat, acte 2 de la décentralisation, ….)


François Hollande sera en meeting au Zénith de Rouen le mercredi 15 février.

 

 

sources : ps76.fr - pscauxcailly.fr - hern.over-blog.com

Partager cet article
Repost0